et la stabilité politique. Seule une féderdion européenne les THAVAUX DE la 4e SESSION IVme session. RÉGIOII RHO IlE

Maat: px
Weergave met pagina beginnen:

Download "et la stabilité politique. Seule une féderdion européenne les THAVAUX DE la 4e SESSION IVme session. RÉGIOII RHO IlE"

Transcriptie

1 s'est ainsi propr;~ent dérobé aux entretiens intergouvernementaux prévus pour le 5 décembre Tout le monde sait par ailleurs que la plupart des gouvernements sont très réservés, sinon franchement hostiles à l'instauration d'un secrétariat politique permanent des Six, -coiffant pratiquement l es C'ommunautés et l es H ministres techniques» et q~ils ne sont pas davantage attirés par un référendum très vague ou la cristallisation d'une alliance purement continentale, excluant la Grande-Bretagne et prenant ses distances à l'égard des tats-nis Dès lors, en se ralliant aux propositions du chef de l'tat français contre des concessions puremeiit verbales aux aspiràtions fédéralistes et au principe d'élections européennes avant 1963, concessions qui n'engagent pas de Gaulle, le Congrès' de Luxembourg a affaibli la résistance il l'urope dite H des Patries )), à la Sainte Alliance des conservatismes et des immobilismes nationaux sans compensation valable Comme les délégués du CP à Ostende l'ont unanimement réaffirmé, il n'y a pas conélation mais antinomie entre d'une part une fédération, prévoyant des transferts de souveraineté, une responsabilité collective, une structure démocratique au niveau supra-naiional et d'autre part une réunion de chefs d'tats souverains, non responsabl~~ devant une assemblée consultative ' et réduite à un ròle plus restreint encq_re' que èelle de la vme République, prènant des décisions positives ou néglitives en dehors de toute sanction popolaire organisée L'~spoir clairement ex:pri r - téressée» au sens oapitaliste du term e Nous n'affirmons pas qu'elle le ferait, mais elle en aurait la puissance et les moyens, et Jlexpérience de la Communauté conon ique uropéenne, toute modeste qu'elle soit, montre qu'il existe des chances s ieuses pour qu'il en soit ainsi Les l'- 1érir-ains ne!!'ont pas l es seuls à etre e &pables de conce\'oir un pian Marshal garantissant l'expansion économiq~e, le progrès sodal et la stabilité politique Seule une féderdion européenne - IPar peu vers une démocratie fédérale ; unissant la liberté politique et le resaltiero pect des autonomies légitimes de communautés membres à l'organisation économique sous le contròle de la collectivité et à une solidarité effective Ce qu'il n'a pas compris jusqu'à auet institutionnalisée néore une fois, jourd'hui, e'est que pour briser cette nous ne disons ~as qu'une telle évolu1ésistance, son prestige personnel et tiop est certaine, mais il suffit que la ses pouvoirs presque illimités ne sont Fédération uropéenne soit actuellement seule à la permettre pour qu'elle pas Slllffisants, qu'ils sont condamnés à s'effriter s'ils ne sont pas au service mérite tous nos efforts et tous nos déd 'une idée et d 'une action politique vavouements lable Qu'aurait-il du faire, que devrait-il encore aujourd'hui faire pour sortir de l'impasse tragique? P our mettre fin à la guerre, le général de Gaulle devrait négocier avec le FLN Le refus de traiter avec l'ennemi ne se justifie que dans la pers,qstnd, la «R eine des Plages», Son optimisme, d 'ailleurs ne fut pas pective d'une guerre d'extermination était bien triste au début de ce déçu ; malgré le vent glacial de la Mer Rome pouvait ne pas vouloir traiter mois de décembre du Nord et la pluie battante, le climat avec Carthage ; lesr Alliés pouvaient ne Mais le C'ongrès du Peuple uropéen, qui régnait dans la salle des Congrès pas vouloir traiter avec Hitler, car l'une redoutant pas la nostalgie d 'une était resté a u «beau fixe» ne et les autres voulaient détruire l'enville estivale en hiver, avait convoqué n effet, aucune grave divergenee de nemi Mais si l'on reconnait que l'aldans cette station les délégués à la vue ne s'est manifestée, durant les trois gérie doit devenir une République, il IVme session (suite en 4me pate> faut traiter avec le FLN, parce qu'il est la prineipale force politique algérienne et que la responsabilité centrale de la construc'tion de la république algérienne lui échoit donc nécessairement, du meme droit que la responsabilité de la reconstruction de la république française revenait en 1944 à De _Gaulle et au Comité de Libération Na tionale Français Lesr négociations devraient tout d'abord porter sur l'arret des combats, puis sur les modalités du transfert des pouvoirs de l'administration française à la nouvelle administration algérienne, enfin sur les garanties à donner à la mirìorité française susceptible à 'accepter les clauses de la négociation n référendum pourrait alors, mai~ alors seulement, etre organisé pour l'ensemble des habitants de l 'Algérie Il serait sage d 'engager au maximum possible la Tunisie et le Maroc en Algérie, afin que la r'épublique algérienne naisse insérée dans un ensemble fédéral maghrébin, où les deux pays qui possèdent déjà des structures politiques constituent un facteur d'ordrè l'heure où on lira ces lignes il est dans l'évolution ultérieure du troisièprobabl ~ bien qu'encore incertain, me pays qui sort d'une longue guerre que la grave crise que traverse la partisanè Tous ces détails, et d 'autres Belgique sera sur le point de se résorencore qu'on pourrait énumérer, né ber sans pour autant que les vrais propeuvent toutefois pas modifier le but blèmes ne soi 2nt résolus centra i de la négociation qui consiste Le vrai _problème est en réalité do à confier le svrt de l'algérie au FLN ble à la fois économique et politique, Ne cachons pas la vérité derrière les sociologique ineme Ce n 'est pas la premots : une telle négociation serait la mière fois qu'un problème éconemique constatatfon fina le et amère de la dérelativement secondaire sert de détofaite de l a F rance nationaliste et cori~ nateur à une explosion politique n servatrice, f ermée spirituellement en effet tous les observateurs sont d'acelle-meme, r epliée sur son passé, se cord pour reconnaitre que la perte du croyant le nombril du monde, voyant Congo n'a pas été un coup si grave sa plus grande expression dans sori atpour l'économie beige, mais il a félif mée, a ppuyée sur les couches sociales les apparaitre au grand jour les faìblesses plus hostiles aux for mes et aux prod'une économie stagnante et à l'écart blèmes de la soeiété industrielle mode la rapide évolution moderne n derne L a guerre d' Algérie a été et est programme d'austérité étalt donc inéencore leur guerre ; i,l est nature! qu'ils vitable et le Congo ne lui sert que de se refusent à reconnaitre qu'ils l'ònt prétexte perdue, tant qu'ils ne seront pas battus Mais il était moins prévisible de voir politiquement en France cette crise économique rebondir sur le Pour négocier avec le FLN, le gépian politique et mettre en cause l'uninéral de Gaulle devrait dane faire apté beige elle-meme comme cela se pel à la -France moderne, démocrati produit pourtant chaque fois qu'une que, ouverte sur le monde, contre la crise grave secoue le pays Lyon, place de La République, samedi après -midi : des passanfs s'arrétent devant le bureau n 4, lisent les manijestes et les France du passé Spirituellement, mail est bon de se rappeler que la Bel- - tracts, demandent des explications Quinze bureaux de v'ote étaient répartis à travers la vihe, d_ont treize ouverts sur la tériellement et numériquement la pre(suitè en 2mo paie) voie pubhque Lire nos lnformations en 3me page (suite en 4me page) l_--cs" ls TVAX D la 4e SSSION européenne intergouvernementale «au sommet >> nsuite le CP n'a pas hésité à prendre courageusement position sur l'évolution de la situation en France Certains penseront peut-etre que les fédéralistes européens n'ont pas à se préoccuper de problèmes Iì<Jlitiques na- tionaux Les congressistes d'ostende ont estimé au contraire qu'il serait absolument vain d'espérer l'unification véritable de l'urope si la guerre d' Algérie perdurait et si la vme République adoptait une forme complètement autoritaire Dès lors que l'on admet une solidarité de destin, il faut admdtre aussì une solidarité de responsabilités Il n'y a pas droit mais devoir d'ingérence dans les affaires «nationales» qui menacent l'avenir des autres nations Comment croire que les partenaires de la France pourrorit se compromettre davantage encore qu'ils ne l'ont fait en soutenant sa cause contre le courant irrépressible d'anticolonialisme qui balaie l' Afrique comme le reste du monde? Déjà leurs relations avec les peu- LA RÉGIOII RHO Il DAIIS SCCÈS DS ÉLC,-IONS PRIMAIRS BLGIQ:: Rebondissement _1 mprevu, A -AL PS P l N L LI

2 ROP N MITTS Mare CRTIR CITOYNS D'ROP d,ìju~ votre obonnement à «PPL ROPÉN J> L'ROP N -MITTS L'ROP N MITTS Les propositions frànçaises-d_e "rei ance européenne" font l'objet d'un débat à I'Assemblée de Strasbourg a européennes nettement fédéralistes aient qualité pour résoudre de tels problèmes Autrement, au moins du point de vue institutionel, Peyrefitte (et de Gaulle) ont raison, lorsqu'ils conseillent de rejeter toute la façade de la supranationalité, derrière laquelle il ne reste désormais presque rien ; et de s'en tenir à une collaboration polique inter-gouvernementale dont la collaboration strictement technique des Communautés ne peut pas se passer L 'unique erreur, mais qui trahit la véritable intention hégémonique de de Gaulle, étant alors l'inclusion de la Grande Bretagne, qui en est plus justifiable dans une telle perspective Mais personne à l'assemblée n'a eu ce courage, Certes les critiques aux propositions de de Gaulle, vives, pertinentes, et meme dures n 'ont pas manqué Ainsi le socialiste français Vals, qui a, fort opportunément cité ce que Jean Monnet disait en 1953 de pro_ positions analogues de la part générale ~ «lles se fondent sur des solutions dépassées et font abstraction de l'expérience qui nous a montré l'impossibilité de résoudre des problèmes européens dans des ta~s qui maintiennent leur souveraineté Qu'est-ce que la confédération qu'on nous propose? ne réunion périodique des chefs de ~ou vernement, qui ne seront rien d'autre que les représentants des états souverains Il n'y aurait rim de changé» De meme le socialiste Belge Dehousse qui, à la suite de cette dernière observation a avec le meme à-propos, rappelé que la réalisation des propositions de De Gaulle ne ferait rien d'autre que sanctionner, le «statuquo» actuel des réunions périodiques des Ministres ont déjà lieu dans le cadre des Communautés, et un référendum européen - còmme Teitgen l'a spirituellement écrit dans «Le Monde» - pour approuver un organisme fondé sur la coopération intergouvernementale et sur une Assemblée élue par les p~rlements nationaux, approuverait quelque chose qui existe déjà, et qui est le Conseil de l'urope! Mais, à part ces critiques aigues, majs en elles-memes stériles, - personne ':q'a eu, dans l'assemblée le courage <;l'accepter le défit de Peyrefitte, avec l es mots que nous avons soulignés, en relançant courageusement une vraie thèse fédéraliste Mais dans le Parlement uropéen les hommes capables d'exprimer une telle volonté rénovative sont tragiquement absents aucune entente supranationale ; au conon y trouv-e, tout au plus, des «contraire elle a couté à l'urope des -milservateurs >> du genre de M Vals : lions de tnorts et des soujjrances indipleins de bonnes intentions mais incacibles ; en continuant à sauvegarder I?ables de penser avec clarté, de vouleurs droits r espectijs les gouverneloir avec énergie, d'agir sans hésitaments européens mènent l'urope ò la balkanisation tions Trop peu pour tenir tete à l'involution diplomatique et «intergoud) L a question du Sud-Tyrol, comvernementale >> qui, avec ou sans De me tous les problèmes de jront ièrel>, Gaulle, menace fatalement, à cause de ne peut étre réglée que dans le cadre sa nature équivoque meme faite en d '~n état jédéral, où elle ne pourrait grande partie de BLFF, ce qu'on apm PmP na~ -~P nd~p r : en effet Jes frnn_,,, _, ; 4-: 1 chefs d'tat peuvent exprimer, organisons autour d'eux le (( concert européen» qui donnera aux Communautés techniques le guide qui leur manque : tel est le sens des propositions de de Gaulle Se retrancher à propos des Communautés, derrière un stérile «sint ut sunt out non sint», a ajouté Peyrefitte efficacement ce serait désormais faire preuve «d'un vain s ouci d'orthodoxie» et «d'intransigeance scolastique» t il a poursuivi en développant une critique à laquelle, nous aussi, nous pourrions souscrire presque entièrement «Ne mettons pas la charrue devant les bceufs à propos des élections européennes lles auront un sens et une valeur plus tard, lorsqu'à notre Assem_ blée auront été accordés des pouvoirs plus précis ; mais tant que ses discussions demeureront essentiellement techniques (le débat d'aujourd'hui est une exception vraiment extraordinaire) des élections ainsi faites constitueraient probablement un insuccès qu'il faut colite que colite éviter >>: Laissons de còté les intentions de sabotage et «d'immobilisme» qui animent Peyrefitte et les siens Quant au fonds, ne sommes nous pas de la meme opinion? ' «Quant à la fusion des exécutifs pcursuit toujours Peyrefitte - quelle valeur peut-elle avoir? Certes une valeur pratique, de rationalisation et d 'efficacité, mais pas politique : car il est bien difficile d 'imaginer que les gouvernements attribuent à l'exécutif unique, des pouvoirs plus grands que la somme des pouvolrs qui à l'heure actuelle reviennent,respectivement aux trois exécutifs Vous semble-t-il possible que les chefs d'tat confient un prochain jour, à ce collège unifié, la tache de résoudre, par exemple, le problème de Berlin et celui de l'algérie?» C'est là que Peyrefitte a vraiment touché le point essenti el et a, s~ lon nous, gagné la partie vis-à-vis de l'as~ semblée n effet la seule conception valable qu'on puisse sérieusement opposer à la thèse gaulliste est justement celle qui _v eut que des organisations peistes» de Strasbourg peuvent se reconnaitre) réside en ce qu'elle ne prévoit, en réalité, aucune modification essentielle à l'actuelle formule supranationale : une Assemblée, qui n'est en réalité qu'une Académie sans aucune résonance car elle n'a, ni on ne pense lui donner, aucun pouvoir réel ne pourra ja:mais avoir la fonction que Pleven reve de lui attribuer ; tandis que la structure meme qu'ont actuellement les Corrununlautés, qui les subor- dqnne toutes et meme la plus supranationale, la CCA, aux six gouvernements nationaux, fait qu'une telle situation ne peut pas etre corrigée avec des retouches où des modifications de détail, et semble par conséquent, dans l'état actuel des choses, impossible à éliminer Ce n'est pas un groupe de techn ocrates, mais un pouvoir politique qui peut faire les choix essentiels Malheureusement il n'y a actuellement de pouvoir politique qu'au niveau national C'est là que la thèse gaulliste - telle qu'elle a été soutenue à l'assemblée par les députés, de la Malène et Peyrefitte, et telle qu'elle avait été, par ce dernier, clairement' exposée, precédemment dans «' Le Monde» des septembre - acquiert toute sa force Reconnaissons une bonne fois, dit-elle en substance à èeux qu'on appelle «europeistès», cette situation de fait qu'au fond meme vous ne combattez pas Reconnaissons que l'expression «supranat~onale» est un mot et non pas une chose, le tout demeurant, en réalité, meme dans votre conception, entre les mains des états natiqnaux Il était inévitable que l' Assemblée Parlementaire uropéenne dans sa session d'octobre, cessat une bonne fois de discuter, selon son habitude, de problèmes strictement techniques, économiques et sociaux, et abordat le theme proposé par de Gaulle : ce qu'elle a fait pour une question pgsée aux trois xécutifs des Corrimunautés e t signée par les Présidents des trors groupes politiques On y demandait très vaguement, si les recentes 1nitia- tives d'intégration européenne devaient avoir une influence, et laquelle sur les trois Communautés La réponse des Présidents de la haute Autorité du Marché Commun et de l'uratom a été aussi vague et réticente, et c'est retranchée en somme derrière l'observation que pour le moment, ces propositions n'avaient rien de définitif Mais dans l'assemblée se sont élevées, et cette fois surtout du còté Français - des voix qui ont parlé très clairement soit pour soit contre les propositions du chef de l'tat Français La thèse européenne officielle, s'il est permis de la définir ainsi communautaire et supranationale a été efficacement défendue, au nom du groupe libéral, par l'ancien "Président du Conseil René Pleven «Si des difficultés se sont élevées jusqu'à présent dans la marche des trois communautés, a-t-il dit, celles-ci sont toutes venues du Conseil des Ministres, qui été le frein et l'obstacle à plusieurs initiatives constructives des xécutifs Cela signifierait par conséquent tourner le dos à l'expérience que de prétendre piacer les institutions européennes dans une subordination èncore plus grande vis-à-vis du Conseil où se niche le vrai mal qui empecl)e l'intégration européenne de se réaliser : le principe de l'unanimité, qui est la négation meme des règles démocratiques», et Pleven a conclu en exaltant la fonction de l' Assemblée : L'évolution des Communautés devraient faire, selon lui, le pivot et le vrai moteur de l'intégration européenne La faiblesse de cette thèse (dans la, quelle pratiquement tous les «uro- (suite de la première page) gique est une création plus ou moins artificielle de l'urope désunie du xx~ siècle où les diplomates découpaient les peuples et lès frontières selon les intérets des grandes puissances et les rapports de force du moment Il est un fait, c'est que les Belges ont réussi pendant plus d'un siècle à s'accommoder point trop mal de leur position d 'tat-tampon, mais à chaque crise le pays est menacé d 'éclatement On voit mal comment meme un système de type fédéral laissant en teteà-tete deux partenaires seulement Wallons et Flamands, pourrait donner à la petite Belgique un équilibre viable, alors meme que d'autres états voisins pourtant plus fort et reposant sur une véritable communauté nationaie ne trouvent pas en eux-memes la solution de leurs difficultés Inversement nous croyons que dans un système fédéral européen, le peuple belge, sans rien perdre de sa per- sonnalité pourrait sans risquer de se désagréger laisser plus d'autonomie aux communautés qui le composent et transposer ses problèmes économiques à leur vrai niveau, qui est celui de l'organisation d'une économie continentale La Belgique, création de la vieille urope désunie, ne deviendra véritablement viable que dans le cadre de la Fédération européenne Le plus triste à nos yeux est que les dirigeants belges le savent fort bien et le proclament, mais dans le fracas de i'explosion aucune autre voix que celle des militants fédéralistes européens ne s'est fait entendre «La supranationalité sans volonté politique permanente ~ a dit M de la Malène - a une marge très étroite, à peine met-elle en discussion les intérets vitaux des tats, qu'elle se heurte à une limite infranchissable C'est pourquoi il ne faut pas s'étonner des difficultés que le Conseil des Ministres rencontre : ce sont eux qui doivent prendre les décisions, voilà p ourquoi les difficultés se manifestent à leur niveau» Rebondissement imprévu L'ROP N MITTS BLGIQe Tenons compte de ce fait, poursuivent les Gaullist'es et, puisque semblables difficultés ne peuvent etre" résolues que par une volonté politique d 'un niveau très élevé, que seuls les ls FÉDÉ~liSJS N SONI PAS BS APATRIDS FAL~AIT COMM IL S'Y ATTNDR - T COMM N FFT TOT L MOND S'Y ATTNDAIT A L'XCPTION DV GOVRNMNT - Il y a d'excellents «uropéens» qui, une fois pour toutes, ont décidé de s'inspirer des seremes lenteurs de l'escargoc La théorie est simple et apparemment confortable : laissez se faire l'urope économique et le «reste», les choses é tant ce qu'elles sont, vous sera donné par surcroit Voyez ce qui s'est passé avec le Zollverein! , -,-t,) les jascistes ont essayé d'e; ploiter Za discussion à l'on de la question du Sud-Tyrol pour organiser des bagarres d'étudiants La tentative a somme tou te échouée, méme si le pourcentage des jeunes qui ont saisi le prét exte pour jaire l'école buissonnière reste,,~ ~

3 «PPL ROPÉN J) La faiblesse de cette thèse (dans laquelle pratiquement tous les «uro- enons cornp e vent les Gaullist'es et, puisque sernblables difficultés n e peuvent etre résolues que par u ne volonté politique d 'un niveau très élevé, que seuls les nous, gagné lii"partiev is-=-à -vis de l'assernblée n effet la seule conception valable qu'on puisse sérieusement opposer à la thèse gaulliste est justement celle qui veut que des organisations ls FÉDÉRAliSTS N SONI PAS DS APAIRIDS vi'~mm:t~o~~~~~:: :;;;T:~;; L MOND S'Y ATTNDAIT A L'XCPTION D GOVRNMNT - aucune entente supra11ationale ; au contraire elle a coùté à L'urope des millions de rnorts et des souffrances indicibles ; en continuant à sauvegarder leurs droits respectifs Les gouvernements européens mènent L'urope ò la balkanisation D) La question du Sud-TyroL, comme tous les problèmes de frontières, ne peut etre réglée que dans le cadre d'un état fédéral, où elle ne pourrait meme pas se poser : en effet Les frontières nationales constitueraient dans une fédération une division administrative et non pas politique et qtn est le Lohsea de r l!;urope riais, à part ces critiques algues, mais en elles-rnemes stériles, - per- sonne n'a eu, dans l'assemblée le courage d'accepter le défit de Peyrefitte, avec les mots que nous avons soulignés, en relançant courageusement une vraie thèse fédéraliste Mais dans le Parlement uropéen les hommes capables d'exprirner une telle volonté rénovative sont tragiquement absents On y tromre, tout au plus, des << conservateurs» du genre de M Vals : pleins de bonnes intentions mais incapables de penser avec clarté, de vouloir avec énergie, d'agir sans hésitations Trop peu pour tenir tete à l'involution diplomatique et «intergouvernernentale» qui, avec ou sans De Gàulle, rnenace fatalernent, à c-ause de sa nature équivoque merne faite en grande partie de BLFF, ce qu'on appelle l'urope suprimationale Les fascistes ont essayé d'exploiter la discussion à L'ON de La question 11 y a d'excellents «tjropéens» qui, une fois pour toutes, ont décidé de s'inspidu Sud-Tyrol pour organiser des barer des seremes lenteurs de l'escargoc La théorie est simple et apparemmen t congarres d'étudiants La tentative a somfortable : laissez se faire l'ur ope économique et le «reste», les choses e cant ce me toute échouée meme si le pourcenqu'elles sont, vous sera donné par surcroit Voyez ce qui s'est passé avec le Zoltage des jeunes q{i,i ont saisi Le prétexte lverein! pour faire L'écoLe buissonnière reste Ne tirez pas, messieurs les fédéralistes, des plans sur la Comète assez élevé : il n'est pas nécessaire de Il vaut mieux aer lentement, mais siìrement souligner que si cet "esprit national" Qui veut voyager loin ménage sa monture devait se manifester en dehors des heua b c Ràtons-nous prudemment res de cours on ne verrait personne '«Chi va piano, va sano» On s'attendait également à L'attitude Bien siìr! conformiste de La presse dite d'informapoint, d'autre part, d'efforts intellectuels: tion, et à ce que, en La circonstance, elle Il suffit de sortir de sa coquille à bon esctent sorte de ses vieux tiroirs toute La rhétotous les chemins mènent à l'urope puisque - c'est bien connu tous les chernins rique nationaliste Certains journaux rnènent à Rome ont meme voulu faire mieux, et non Foin des querelles doctrinaires ; foin des théories inutiles OS devons en tout état de cause faire des réserves sur la régularité de - contents de revendiqiter ;pour la centièsoyons ernpiriques, pragmatiques et élastiques cette réunion orgamsee par le Mouvement uropéen, vieil organisme de me fois les droits sacrés, ont exprimé Prenons de tout un peu t du peu faisons un tout caractère international qui devait réunir les dirigeants des organisations Les reproches les plus sévères aux nou«de gustibus et coloribus non disputandum» vees générations qui Leur paraissent europé,e nnes Ce que nous publions aujourd'hui est la prise de position officielle du Mouvement Fédéraliste uropéen exprlmé par son Secrétaire Général froides et sceptiques Prernier Acte A Crémone, où la tentative fasciste a La conférence réunie à Luxernbourg, l'élection de l'ap aù suffrage uni1946 «puisqu'on vous dit que Churchill est uropéen immédiatement ptovoqué une démons- les 11 et 12 novembre '1960 par le Corni- versel, avant 1963, d'autre part ; le M N'avez-vous,pas entendu son discours de Zurich? tration fédéraliste t'rès réussie, Le jour ~ té d'action du Mouvernent uropéen a avanc-e les termes d'une sorte de «TATS-NIS D'ROP», a t'il dit! authentique -nal local "La Pr-ovincia" a dédié à la provoqué certains rernous dans l'opi- èontrat entre le Général De Gàulle et «t, ténez-vous bien, rnon cher, on parle de l'entrée de son gendre un _jeune horncirconstance son éditorial dont nous re- nion européenne lui me plein d'avenir, le farneux Duncan Sandys, au Mouvement uropeen Camme produisons quelques passages : << Ce On le conçoit aisément puisque la ré2 ') Cette proposition pourrait n'etre Délégué Général qui nous fait Le plus de peine ce n'est solution qui a mis fin aux travaux de que ridicule, si l'an ne savait rnainten apòtre, vous dis-je! un apòtre pas seulement l'attitude de certains cette conférence a repris, en les a p- nant que le vote de la résolution de LuL'urope est sur les rails» partis politiques, mais surtout La prise prouvant, c'ertaines propositions du xernbourg a été précédé de contacts et D'ailleurs Churchill a reçu pour ces mérnorables paroles, le prix Charlernagne de position si intransigeante du Mouve- gouvernement français pour lesquelles de discussions entre certains dirigeants ment Fédéraliste uropéen dont un les autres gouvernements de l'urope du M et ceux de l'nion Pan-uroDeuxièrne Acte porte-parole a non seulement critiqué des Six avaient manifesté une opposi- peenne du Comité Coudenhove-Kaleri954 Voici Mendès-France Celui-là, les- augures l'affir~ent, est p~rtisan_ de la les étudiants "patriotes", mais à megi qui s'emploie; sans grand succès, Fédération uropéenne depuis vingt ans xactement deputs le Congres Radica! de me donné pratiquement raison à L'Au- tion à peine déguisée Il s'agit de la création d 'un Secré- d'ailleurs à rendre populaires les prolille! triche précisant que ze dépassement des tariat politique permanent, dont les at- positions du gouvernernent françats Ah! le Congrès Radical de Lille, c'était Briand! idées rtactionnaires de L'tat-Nation tributions s'étendraient à l'ensernb'lè Les négociations ont été conduites «La CD, vous dites? - il en ~era son af~aire constitue la seule façon de résoudre Le Nul problèrne! Majorité ; Indochme ; Prestlge ; avec ça copain cornrne cochon problème du Haut-Adige On peut bien de la politique extérieure, de réunions du còté àu Cornité Coudenhov-Kalergi régulières des chefs de gouvernernents, par MM Peyrefitte, Vendrou:X, Habib avec Iè Maréchal Juin se demander pourquoi le$ fédéralistes «11 n 'est qu'à sortir la CD du frigida~_re, et vous verrez se transfo-r rner cette n'ont pas saisi cette occasion pour dé- et d'un référendum européen, dans tous Deloncle, Albert Sorel et le Général enfant née des arnours coupables de Rene Pleven, Jean Monnet, et quelques au- montrer que L'idée qu'ils défendent les pays où ce serait possible de l'or- Billotte Le premier nomrné et M de la tres féaux de la Supranationalité abstraite, en une mignone pettte O toute n'est pas fa ite pour Les apatrides mais ganiser tendant à approuver cette con- Malène ont meme participé ~ux débats ception confédérale de la structure de de Luxembourg et inspiré le texte voconcrète et qui vou s aura de çes garanties irnbattables au contraire pour Les patriotes sincères l'urope té ' t puis ce n'est pas tout Finie la «petite» urope qui, tout en sauvegardant Les intérets Comment des personnalités dirigeanpas de dire que de nornn'ornettons De cinq un quart nous devenons «sept», en amarrant la belle Albion, sodernent, et les droits des nations, veulent arr iver tes du Mouvèment uropéen, ont~elles breux éléments du M restent -hostiau Continent à L'entente - supranationale entre Les pu en arriver à se ralliér aux thèses les à la nouvelle politique arnorçée les «De cinq un quart à sept» n'est-ce pas bien choisi pout faire participer la peuples européens» du Général de Gaulle, telles qu'il les 11 et 12 novembre Ils considèrent que Grande-Bretagne au concert uropéen? n tel texte se passe de tout com- avait définies au cours de sa conféren- leur mission n'est pas de donner leur «God Save the Queen, rnessieurs les continentaux!» menfaire Mais par fidéhté à nos habi- ce de presse du 5 septembre? Dans caution à tout ou partie des conceptudes démocratiques nous tenons tou- certaines capitales des Six, on se pose tions confédéralistes suspectes de M Troisième Acté tefois à préciser que encore aujourd'hui la question, -sans Michel Debré 1960 «Puisqu'on vous dit que le Général a évolué : il est devenu tout ce qu'il Y Si le M s'aligne sur les pos-itions A) Les fédéralist es étant contre tous lui donner une réponse satisfaisante a de plus «européen» A ce revirernent assez irnprévu du hostil_!:!s à la fédération européenne, Les nationalismes, H~ critiquent Le naah rnon cher quelle colonne vertébrale! t quelle force de frappe tionalisme italien au sujet du Sud-Ty- Mouvement _uropéen, il y a deux rai~ il n 'a plus qu'à disparaitre Les goum~rché Com~un ; accélération ; secrétariat politi~ue ; - sons : vernements sont suffisamment pourvus référèndum jarnais, de rnérnoire d'escargot, -nous n avons fatlh avancer plus vtte rol, mais ils ne se font pas pour autant l ' ) Certains dirigeants ont, depuis de diplomates exercés pour réaliser Les porte-paroles du nationalisme autri«t puis, il voit grahd, luì de l'atlantique à l'oural longtemps, l'idée que, pour obtenir l'a- eux-rnernes les cornprornis décevants chien, tout au contraire «avec cette inégalable pr estance à la mode de 1815! dhésion du Général De Gaulle au prole Mouvérnent Fédéraliste uropéen, B) Il n'en est pas moins vrai que L'I- jet d'élection au suffrage niversel pour sa part, a unanirnernent condam«qu'impor te si la Supranationalité passe par les Congrès de Vtenne ce qu1 cornptalie porte la plus grande responsabili- d'une partie des Membres de l'assem- né la résolution de Luxembourg Il l'a te c'est d'avoir enfin té parce que Les accords De Gasperi- blée Parlementaire-uropéenne, il fau<< a right men in the right place!»,,, cornbattue, a u mornent où on l'élabon y a d'excellents européens qui, une fois pour toutes, ont dectde de s msptrer Gruber ont été violés dans Leur esprit dra accepter une partie notable qes rait, et il continuera à défendre, seui Lorsque L'autonomie du Sud-TyroL a été propositions qu'il a énonçées des sereines lenteur s de l'escargot si c'était nécessaire, la conception t pour ne rien vous cacher, il y en a_vait encore beaucoup dans les couloirs noyée dans une région Trentin - HautAins'i, la résolution de Luxernbourg d'une urope Fédérale, fondée sur le Adige, à majorité italienne luxernbourgeois du dernier Congrès du Mouvement uropéen proclame qu'il y a un lien indissoluble libre vote des citoyens européens C) La sauvegardé ~es intérets et des entre le secrétariat politique et la pro Jean-Pierre GOZY <Paris, décembre 1960) droits nationaux n'a\ jamais conduh à cédure du référendum d'une part, et '' Mouvemént uropéen ''! N André DLMAS

4 (stiite) N N CAMPAGN D PRSS FRCTS vo- -~ NRICHISSAfT POR TOS 1 LS FDRALISTIS L a campagne de presse est un élément d'une grande importance : les journaux l ocaux, Le Progrès l'choliberté, le Dauphiné Libéré o~t manifesté - inégalement - un_e bonne lonté à laquelle ils ne nous avaient pas tellement habitués Des articles co~çus par les fédéralistes eux-memes expliquèrent ce que sont les élections pri m àires, à quoi elles visent, comment elles fìe déroulent Pendant les trois jours de v ote les journalistes professiorinels furent loin de négliger l'évènement : 'ils fr équentèrent assidument les bureaux de vote, rédigèrent des reportages, prirent des photos, les pu blièreq t en bonne place Cela se révéla eri quelque sorte plus «rent;lble» que les réunions - indispensables cependant - qui furent tenues pendant une quinzaine de jours partout où l 'on devait voter Sur les tribun~ s alternèrent les orateurs locaux - plusieurs faisaient là leurs premières armes - et les invités : Mouskhély, Spinelli, Merlini; Praussello, et j'en passe L 'assistance était relativement abondante : jamais m oins de trente person'nes en tout cas, ce qui provoquait l'étonnement chez tous ceux qui n 'ignorent pas l'indifférence dans laquelle, se déroulent ordinairement l es électiohs n a tionales N CNC XPlR~NC Pour la France, jces élections primaires apportent des enseignements intéressants Techniquement d 'abord : si les élections «à l'italienne» (sur la voie publique) ont pu se fa ire à Lyon (et il est hors de doute que si" on les renouvelait d-a ns un mois, c'est par quatre ou cinq qu'il fauphoto "Le Progrès" : «Les Lyon- drait multiplier le nombre des votants)!es memes élections peuvent se faire nais ont fait la queue pour voter ailleurs:a plus forte- raison en une européen» bureau no 5, le diman- saison meilleure que celle que nous avions du choisir L 'autre enseignement che 20 novembre 1960 concerne l'esprit du corps électo-r al : la crise de nationalisme par laquelle pasla réunion la plus smv1e - la plus se l a France n'affecte pas la masse Il y passionnée comme la plus passionnante a péril, certes, et l'infection peut faire - fut celle qui mit aux prise dans un des progrès Mais le~ pqurcentages obdébat aussi vif que courtois, le député tenus montrent que poùr l'instant l'opinion demeure infinfment sensible au NR Christian de la Malène et le délégué général du CP Altiero Spi- problème de l'unim;l de l'urope Le gouvernement n'apw rte-t-il pas une nelli M de la Malène fut un «debater» éloquent, mais il s'aperçut que les preuve supplémentair e à cette affirmation par son souci d 'apparaitre, lui aushommes du Congrès sont bien autre chose que les malléables irresponsables si «européen», tout te n s'en tenant aux paroles - et quelles paroles d 'ailleurs : du Mouvement dit uropéen nfin l'aide généreuse des militants La campagne fut ouverte officiellement le 13 novembre par deux récepitaliens soit par l'envoi de disques de tions, l'une à l'hotel-de-ville d ' Annecy, propagande, soit par leur présence dyplacées sous la présidence - effective namique à- Lyon pe1ldant les journées dans le second cas - du Mai_re d e cha- des élections, la présence aussi de milita nts de plusieurs régions françaises cune des deux cités voilà qui a prouvé plus que ne peuvent le faire les mots que le combat pour l'ur op e- est un et indivisible : une vic- J Il fallai t, da ns une première phase, gagner l'a ppui des municipalités, ce qui se r évéla plus ou moins aisé suivant les communes Mais le plus délicat fut de conv aincre la municipalité de Lyon de l aisser les opératioris électorales se dérouler sur la vpie publique Précisons bien que l'appui dont nous parlons ne doit p as etre entendu comme une aide matérielle Quant aux préfectures, elles se cantonnèrent dans une neutralité attentive : pas de soutien et pas d'hostilité n on plus qu'on entendait enc re deux ou t r ois att a rdés assénant ce vérités à quelqu es citoyens récalcitrant Ainsi pouvait-on rr tirer de ces jou r nées d'élections l'if pression que le peuple a ttend seuletnent que lui soit donné le moyen de se déclarer pour les ta ts-nis d 'urope t il est particul èrement encourageant de constater que si les électeurs -Ònt en m a jorité voìf «pour l'idée», suivant leur expression, bon nombre d'entre eux (2 500 )environ) ont très scrupuleusement usé de la faculté de mettre des signes dréférentiels ou de rayer des noms ; _ils montraient par là qu'ils a vaient compr:s combien est importante la désigna ion des délégués, c'est-à-dire dé leurs représentants qu( mèneront le combat pour l'union des p ays européens Les élections primaires pour le Congrès permanent du Peuple uropéen, qui se sont déroulées dans la région Rhone-Alpes les 19, 20 et 21 n ovembre 1960, ont constitué l'aboutissement d'une longue campagne au cours de laquelle on a pu apptécier le zèle d'un groupe de militants sans l'effort desquels rien n'eiìt évidemment pu etre réalisé Ainsi, que ceux de nos amis qui désirent accomplir chez eux un travail semblable à celui que nous avons réalisé dans le Lyonnais ou la Savoie sachent bien que c'est ~'abord par la préparation d'un corps de militants suffisamment étoffé qu'ils doivent commencer - ont désig né leu rs délég ués, au Congrès du Peuple uro een AVOIRr DS ADVRSAIRS Dans le dernier numéro de Peuple uropéen n ous avons publié un article de Cabella qui devrait ouvrir le débat sur le problème particulièrement controver sé de ~a réunification allemande Nous publions aujourd'hui un article de G Merlini un autre ami italien qui fait le point des discussions - parfois passionnées - soulevées par notre précédente publica tion Nous ne croyons pas toutefois que ce nouvel article qui aggrave les thèses de Cabella plus qu?il ne les réfute, puisse servir de conclusion~ à ce débat et nous y reviendrons c~rtainement Le débat qui s'est engagé à la dernière session du Congrès _du Peuple uro péen au sujet du problème allemand a été sans aucun doute un des 201~6 Principe et conditions d'une réunificotion ollemonde AIIII-Y cll-eoyen$ n ;,a ;,_ ; n'aco f 11~0 ir1 n n 1-ra nn,,, nn l:o - plus importants qui se soient déroulés au sein de notre organisation Tout a été dit, de part et d'autre, mais il y a peut-etre piace pour quelques remarques supplémentaires : a) Le problème allemand revet pour nous une importance cruciale : i( est en quelque sorte le «test» de notre postulat fondamenta!, à savoir que la Fédér_ a twn est préférable à la Nation : on a pu estimer, jusqu'à présent qu'il n'y avait pas d'antagonisme entre la politique dite «européenne» et l'aspiration à la ré'ij,nification de l'allemagne : en toute bonne foi la classe dirigeante allemande pouvait se proclamer eur6péenne et, en meme temps, réclamer l'allemagne de l'st et aussi les territoires au-delà de la ligne Oder-Neisse, c'est-à-dire la reconstruction de l'allemagne; sinon - de Hitler au moins de Bismarck Cette revendication était en effet -formulée du bout des lè'vres sans vétitable conviction : elle n'était donc pas dange,reuse ; car tout le monde savait qu'elle ne pouvait pas etre l'objectif profond d'une politique allemande, pour Ja simple raison qu'il n'y avait plw; de politique allemande, comme il n'y avait plus de politique étrangère autonome pour aucune des nations européennes Maintenant la conjoncture politique_ internationale a beaucoup évolué nous assistons à une phase où le poids de ceux qui ont été appelés «les p~issances intermédiaires» par rapport aux deux «Grands», s'est accru et est appelé à s'accroitre davantage : l'analyse de cette situation a été fait e avec une parfaite lucidité par des observateurs qui ne sont pas intéressés_ à une politique européenne --,- tels,q ue Kennann et Lippmpnn - et n'est donc plus à refaire L'urope d'une par t, la Chine de l'autre disposent aujourd'hui de ressources telles qu'elles peuvent conditionner de plus en plus, le bloc dont elles font partie lles ne peuvent certes pas les c[,isloquer, mais elles peuvent influencer dans une mesure croissante la politique des deux grands leaders, les tats-nis et l'rss Cette situation se traduit paur!es tats européens par la possibirité plus ou moins illusoire d'avoir une politique étrangère au,tonome : l'allemagne étant alors l'état européen ~e plus puissant, est aussi ce lui qui a le plus de possibilités dans ce sens Il se pose donc le problème du contenu d'une politique allemande ; faire une politique signifie choisir : q uel seront les_choix qui caractériseront la phase qui suivra à celle incarnée par le Chancelier Adenauer? b) Ce choix qui va se poser sera définitij : ou bien poursuivre la construction européenne, ou s'engager pour la réunification : ou l'st ou l'ouest L'antagonisme entre ces deu x politique est à la fois historique, diplomatique et politique Historique car l'attitude de base d'une politique fédéraliste européenne ne -peut etre que l'acceptation des résultats de la dernière guerre mondiale avec tout ce que cela implique : fin des natwns et recherche de nouvelles voies pour l'urope, tandis qu'une politique revancharde suppose le refus de ces résultats et la volonté de revenir au «statu quo ante» Diplomatique, car si l'on veut parvenir à la réunification des deu;r Al~emagnes, il faudra bien, d'une façon ou de l'autre, traiter avec Mosoou : or il est évident que des liens trop étroits avec l'urope et le reste d~ monde occidental ne peuvent qu'entraver de telles négociations Politique, car il s'agit d'un choix fondamenta! en ce qui concerne la <( i~j,ission» de l'allemagne fédérale : ou bien elle a pour but d~ etre le noyau a~tour duquel se reconstruira un jour le «Deutschtum» ou bien elle sera avec -Ca France, le p~lier sur lequel sera batie -za _Oommunauté uropéenne: L'une comme l'autre de ces politiques sont de nature à engager toutes les ressources, sinon économiques, au moins psychologiques et morales d'un peuple,: il serait vain d'espérer qu'il s'engage sur les deux chemins à la fois c) Si telle est la situation, ql!-elle attitude suggérer aux - fédéralistes, notamment à nos amjs allemands? Le pire serait sans d;oute de chercher à ménager la chèvre et le chou Nous ne disposons que d'un capitai : la v érité profonde de nos thèses et ce serait un suicide de voiler cette vérité pour ne pas braquer les gens, ou ne pal! gener quelques amis Si le choix se pose entre deux politiques opposées, il faut bien que les Fédéralistes soient en mesure d'en représenter une, la leur Certes, on ne peut pas demander à tous ceux qui nous suivent d'etre des héros, m ais il ne faut pas non plus décourager ceux qui seraient pret à le de venir D'ailleurg on veut touiours s e mettrp d'accorò sur ln tnrtinnp mw'yiri n'l'l

5 nement : ils fréquentèrent assidument les bureaux de vote, rédigèrent des r eportages, prirent des photos, les pu blièrent en bonne piace Cela se révéla en quelque sorte plus «rent11ble» que les réunions - indispensables cependant - qui furent tenues pendant une quinzaine de jours partout où J'on devait <Voter Sur les tribun~s alternèrent les orateurs locaux - plusieurs faisaient là leurs premières armes - et les invités : Mouskhély, Spinelli, Merlini; Praussello, et j'en passe L 'assistance était relativement abond~nte : jamais moins de trente personnes en tout cas, ce qui provoquait l'étonnement chez tous ceux qui n 'ignorent pas l'indifférence dans laquelle se déroulent ordinairement les élections nationales avions du c OlSlr au r e enseignemeeruc 9 1f"-Jf:tL:t:!l<'t'l,-,=e- a~ vuv=<t- ""~; P'-'~ " """' --pvj,_,_ --~~ --concerne l'esprit du corps électoral : la revancharde suppose le refus de ces résultats et la volonté de rev enir au crise de nationalisme par laquelle pas«statu quo ante» Diplomatique, car si l'on veut parvenir à la réunification des deu;c Aemagnes, il faudra bien, d'une façon ou de l'autre, traiter avec La réunion la plus smv1e - la plus se la France n 'affecte pas la masse n y Mosoou : or il est évident que des liens trop étroits avec l'urope et le passionnée camme la plus passionnante a péril, certes, et l'infection peut faire reste du monde occidental ne peuvent qu'entraver de telles négociations - fut celle qui mit aux prise dans un des progrès Mais les pqurcentages obpolitique, car il s'agit d'un choix fondamental en ce qui concerne la débat aussi vif que courtois, le député tenus montrent que poùr l'instant l'opi«mission» de l'allemagne fédéra le : ou bien elle a pour but d'étre le noyau NR Christian de la Malène et le nion demeure infin ment sensible au atttour duquel se reconstruira un jour le «Deutschtum» ou bien elle sera, délégué général du CP Altiero Spi- f>roblème de l'union de l'urope Le avec la France, le pilier sur lequel sera blitie za Oommunauté uropéenne ne,lli M de la Malène fut un «deba- gouvernement n'apporte-t-il pas une L'une camme l'autre de ces politiques sont de nature à engager toutes les ter» éloquent, mais il s'aperçut que les preuve supplémentaire à cette affirmaressources, sinon économiques, au moins psychologiques et morales d'un hommes du Congrès sont bien autre tion par son souci d'apparaitre, lui auspeuple,: il serait vain d'espérer qu'il s'engage sur les deux chemins à chose que les malléables irresponsables si «européen», tout en s'en tenant aux paroles - et quelles paroles d'ailleurs : Za fois du Mouvement dit uropéen nfin l'aide généreuse des militants c) Si telle est la situation, q~:telle attitude suggérer aux fédéralistes, La campagne fut ouverte officiellenotamment à nos amis allemands? Le pire serait sans cboute de chercher ment le 13 novembre par deux récep- italiens soit par l'envoi de disques de à ménager la chèvre et le chou Nous ne disposons que d'un capital : la tions, l'une à l'hotel-de-ville d'annecy, propagande, soit par leur présence dyvérité profonde de nos thèses et ce serait un suicide de voiler cette vérité placées sous la présidence - effective namique à- Lyon pe!ldant les journées pour ne pas braquer les gens, ou ne pas géner quelques amis Si le choix dans le second cas - du Mair e de cha- des élections, la présence aussi de militants de plusiéurs régions françaises se pose -e ntre deux politiques opposées, il faut bien que les Fédéralistes cune des deux cités voilà qui a prouvé plus que ne peuvent soient en mesure d'en représenter une, la leur Certes, on ne peut pas le faire les mots que le combat pour demander à tous ceux qui nous suivent d'étre des héros, mais il ne faut pas l'urope est un et indivisible : une vienon plus décourager ceux qui seraient prét à le devenir toire ici, c'est une victoire pour tous D'ailleurs on peut toujours se mettre d'accord sur la tactique, quand on L'essentiel reste aujourd'hui pour les est d'accord sur la stratégie : on peut envisager le «timing» des différentes vient à regretter qu'une telle opposition militants fédéralistes lyonnais et sa opérations lorsqu'on voit clair ement où l'on veut arriver Cette attitude, ne se soit pas manifestée en d 'autres voyards de ne pas perdre le contact si est, somme toute, la plus rentable, car s'il devait étre nécessaire de faire points! durement obtenu avec des milliers de encore un compromis àvec les forces nationales nous le ferions à partir Compte tenu des conditions dans les- citoyens On attend d'eux qu'ils pourd'une position autonome et claire et non pas de l'équivoque où nous nous quelles les élections se déroulaient, suivent l'action entreprise Ce qù'ils trouvo11s aujourd'hui deux systèmes différents furent prati- feront puisqu'ils ont pris l'engagement qués : A Annecy et dans les communes de préparer, pour le printemps provoisines, Annecy-le-Vieux et Crçm-Ge- chain, une nouvelle campagne d'élecvrier, de mème que dans les communes tions tache qui sera menée de pair avec périphériques de Lyon, on votai t dans celle' d'organiser l es positions conquises les Mairies et dans les Salles des Fètes t c'est ainsi, pierre après pierre, que A Lyon n en était de mème à la Mairie s'édifie la grande maison de l'urope Centrale et à celle du 8me Arrondissement, tandis que tous les autres bureaux (13) étaient installés en plein air che 20novem re 1960 Le 16 octobre 1960 un Comité d 'Initiative a été fondé à Nancy et s'est donné pour tache d'organiser des élections dans cette ville et ses environs Sauf imprévu des elections devraient donc se dérouler à Nancy en juin 1961 Ce comité particulièrement actif tient actuellement de nombreuses réunions et a entrepris d'informer le public nancéen Il y a donc tout lieu de croire que de nouveaux citoyens enverront prochainement leurs- délégués au CP Lyon et 7 commumnes périphériques : A Pierre-Bénite, par ex, 19 % du corps é,lectoral a pris part aux élections primaires, A Lyén, la proportion n 'apparait inférieure à la moyenne gén~rale que si l'on ignore que, po11r des raisons financières, seuls citoyens avaient été contractés ; en se basant sur ce chiffre, on arrive, avec éjecteurs, à une proportion qui dépasse 17 % Oli YO,RA A IIAIICY DS RÉSLTATS SATISFAISANTS Les résultats ont été dans leur ensemble vraiment satisfaisants, et il est à remarquer qu'ils correspondent très sensiblement aux supputations faites par les organisateurs Les voici : Nombre de votants : (90 bulletins ont été déçlarés nuls par la commission de contrale) Décompte : Annecy : ey 575 (soit 25 % du corps électoral, ou mieux 40 % du chiffre des votants lors d es dernières élections municipales) Gianni MRLINI -'>e~ c~ à Bernard LSFARGS Les adversaires se manifester'ent très peu au cours des différentes réunions qui précédèrent les élections Ils préféraient les voies obliques : la CGT et le Parti Communiste s'inquiètent - un bon signe pour nous - de l'audience que les idées européennes trouvent dans les milieux populaires Le syndicat lança un appel et le Parti un tract ; l'un et l'autre durent ètre trouvés assez peu éloquents puisque c'est précisém-' ment dans les localités où ils furent le plus diffusés - l'appel à Annecy, le tract à Pierre-Bénite - que furent enregistrées les plus fortes proportions de votants A telle enseigne qu'on en N CNè :,, AVOIR[ DS ADVRSAIRS LS GRINCHX T LS ATRS n général, l es opérations électorales personnes - le président et ses deux se sont déroulées au milieq dè la plus assesseurs - alors qu'à certains mogrande sympathie L'étonnement,des ments il eut failu pouvoir remplir juspremiers instants faisait vite place à qu'à cinq ou six cartes d'électeurs à la la compréhension Des grincheux, il y fois Mais ce qur s'est révélé d'une effien eut, certes! Témoin cette femme qui cacité totale, cela a été la présence audéchirait une affiche apposée sur un tour des bureaux de vote, chaque fois bureau de vote parce qu'en lisan,t que les militants étaient en nombre suf«tats-nis» elle croyait avoir affaire fisant, de «rabatteurs» chargés de à une entreprise américaine Quant' aux distribuer des tracts, mais plus encore communistes ils allèrent nous dénoncer d'expliquer aux passants étonnés le à la police <inais oui!) parce que nous sens de cette manifestation Des conu tilisions d es électrophones, sans en versations animées s'engageaient, et avoir - peut-ètre - l'autorisation n souvent au bout d'un instant, le «raprésident de bureau de vote fut donc batteur» pouvait s'esquiver : une des conduit au poste de police ; mais c'était personnes sollicitées avait compris, et pour en ressortir au plus vite, ét l'af- se chargeait elle-mème de conduire à faire devait en rester là Des opposants l'urne telle personne qui au début d'extrème-droite vinrent aussi nous of- s'était montrée peu empressée - Moi, Monsieur, je vous dit que frir des échantillons de cette truculence,de langage qui leur tient li eu de pensée l'urope des Patries, ce n'est pas ça La Peut-ètre les stands sous lesquels confédération, Monsieur, c'est un ats'abritaient les urnes et leurs desser- trappe-nigauds Ce qu'il nous faut, vants étaient-ils trop petits Il était en c'est: Le bureau de vote était déjà fermé effet difficile d'y loger plus de trois ABONNMNT RABONNMNT l AN Simple : 5 NF français 50 frs belges 5 frs suisses de SOTIN (à partir de) 15 NF françals 150 frs belges 15 frs suisses A adresser : Lyon C C P PPL ROPN 55, rue de Ja République LYON (~) A1ulluJu4e ON A VOTÉ N ALSAC: dans le Canton de Sierentz PRS avoir glissé leur bulletin dans l'urne, ils reviennent vers nous avec des questions, des encouragements, quelque conseil, parfois des Qritiques Mais meme ces dernières nous font plaisir, car elles aussi sont une preuve de l'intéret suscité par notre action Il n'y a pas ici d'électeurs blasés, accomplissant sans illusions leur devoir de citoyens C'e sont des électeurs européens qui réalisent que notre succès est leur succès n effet, en ce dimanche '27 novembre, on vote pour I'urope daqs les 23 communes du Canton de Sierentz (près de Mulhouse) Il est 8 h, et dans 23 sali es de Mairie où l' vert de notre drapeau fait face au buste de Marianne, Jes militants attendent leurs premiers électeurs Ils ne sont pas seuls d'ailleurs, car presque toutes les communes ont blen voulu nousaider à tenir les bureaux devote: ici c'est le maire lui-meme ou un conseiller municipal, là un sympathisant, futur militant peut-eti:e Cette coopération aussi bien des autorités que de la population,,c'est pendant tonte la campagne qu'elle s'est manifestée, sous une forme (fu une autre : presque tous les maires, le conseiller-général du canton, ont invité leurs concitoyens à voter ; tous les maires nous ont preté la liste électorale de leur commune Ce en entre les militants et les électeurs s'est forgé au cours de 23 réunions amicales dans le café-restaurant local où 20, 50, 100 personnes, sulvant l'lmportance du vlllare, s'atta- A blaient autour de nous et, après avoir écouté attentivement, demandaient des précisions sur les élections elles-memes et discutaien~ tel argument polìtiqùe o"q économique Discussion passionnée menaçant de durer jusqu'à l'aube ou discussion c~lmè comme un bavardage entre gens de bonne compagnie qui dans le fond partagent les memes opinions, toutes renforçaient notre optimisme et nous partions en pensant : << ça ne devrait pas trop mal marcher ici n t ça n'a pas trop mal marché, en effet voix dans un Canton qui compte électeurs, soit presque 50 % du corps électoral, c'est un bon résul_tat Il est encore meilleur si on le compare aii nombre de votants dans ce meme Canton lors des dernières élections législatives : la proportion est de 75 % n étudiant les chiffres, commune par commune, l'on s'aperçolt que dans 3 d'entre elles, il y a eu plus de votants aux élections européennes qu'aux élections législatives! Le résultat ce n'est pas seulement le succès dans un Canton, mais aussi l'intéret que ce succès a éveillé dans tonte notre région ncore quelques résultats comme celui de Sierentz constitueront la propagande la plus efficace pour la deuixème vague d'élections qui se déroulera à Mulhouse début 62 n attendant la parole est àu Canton ~ Altkirch où l'on votera, sauf imprévu, le 5 février prochain! Sonia ODICINO

6 - OST ND 2-~4- déceit1bre-- /96o- QATRI M SSSION D CONGRÈS D PPL ROPÉN De Gaulle propose une urope à la France, jouerait un ròle primordial, ce qu'elle n'est pas en mesure _de fai- Le bureau présidentiel, de gauche à droite : André de Keyser ; Greta ggermont ; R de Kinder, maire-adjoint d'ostende ; Jean Rey, de la Commission du Marché Commun ; Michel Mouskhély,' Président du CP ; De Bernardis <Genes) ; Claus Schondube (Francfort> ; Henri Mallet (Lyon) a a a les projels de "confédérolion européennf lo sifualion fronçoise constate que les gouvernements et l es l'élection directe d'une Assemblée Constituante uropéenne et sur des référendums ratifiant dans chaque nation la constitution des tatss-nis d'urape ne nouvelle discussion s'instaure avant de passer au rapport de J -P Gouzy sur la situation en Frarice La politique de grandeur du Général De Gaulle fut analysée par un combattant fédéra liste, ayant su noter tout au long d e ces dernières années tout ce qui laissa it prévoir le grand drame actuel d e l a Frane~ - Chacun voulut ensuite féliciter le rapporteur, du courage dont il fit preuve en analysant la situation de son propre pays avec tant d 'objectivité Le d ernier jour fut presque entièrement consacré au vote des trois r~solu tions qu i constitueront pour toute une ann ée la ligne politique du Congrès du Peuple ' uropéen Cha~un éta it conva incu que la classe politique fédéraliste dont nous revwns il y a quelques années, est aujourd 'hui une réa lité Le Congrès d'ostende en a pporte la preuve, mais les prises de position, si bonnes soient-elles, ne suffise nt pas n quittant Ostende où la pluie continuait à tremper les oriflammes qui d-écoraient la façade majestueuse du Palais des Congrès, les délégués songe aient déjà à l'action qui sera la leur cette année, et qui traduira dans la réalité les motions qu'ils venaient de voter RIÉSOibTDONS La IVme session du Congrès du Peuple uropéen, issue d 'élections primaires auxquelles ont pris part citoyens de 16 régions d'urope, réunie à Ostende avant la Conférence de six chefs de gouvernements qui devra examiner les projets européens du Gouvernement français, détaillée sur la situation en Afrique Trois tendances se dessinent aujourd'hui : neutralisme, engagement erivers l'un ou l'autre des deux grands, maintien de rela t ions entre l'urope et l'afrique Le conférencier met en relief la nécessité de l'aide européenne, mais conclut que les états européens ne pourront jouer un ròle décisif en Afrique que s'ils sont unis Dès la reprise de séance dans l'a près-midi, Claus Schoendube intervient sur le problème allemand Il signale que le relèvement du nationalisme dans son p ays et la 'difficulté de mener une action fé déraliste en ce moment Il parle alors du problème de la réunification et dit en quoi sa position pouvait diverger de celle de Spinelli ou de Cabella - Ces deux premiers rapports sont suivis d'un débat où de nombreux délégués prennent la parole avec tout leur enthousiasme habituel Samedi matin, le Chanoine Orban, délégué de Mons, présenta une analyse La premrere séance fut ouverte le vendredi 2 décembre à 10 heures par une allocution du Président Mouskhely et par la présentation des rapports sur les élections primaires qui se sont :léroulée3 depuis le précédent Congrès :le Da a rmsta dt (niversités de Rome, _uhouse, Turin, Tielt, Neumarkt, Ane ~y Lyon, Sierentz, Naples) :n d-:but d 'après-midi, nous' avions :onneur d'entendre Monsieur le Mi e ::y, me:nbre elge de la Com~~s on de la Communauté uropéene :l d ~ t toute sa satisfa~-tion de se --', 2 : :;>a rmi des européens d écidés i'l _J: - :e_pour l'nion Fédérale de nos ~ _~ e t en des termes de très vif en-_ :a ::;2:nent, il souhaita a ux congresd'a ~ ~ omplir un bon travail _dn J_a n ::e était alors excellente, - - Jéìég:1é général pouvait monter à L ~ribune et instaurer un débat politique Altiero Spinelli rappela dans son introdu ::tion que nous avons toujours su ire à quoi s'exposaient nos états n : _o::la:jx On nous a traité d oiseaux d :: mauvais au gure, mais il fa ut bien ~onst ater que la paralysie d ans la const ruction européenne donne raison à notre intransigea~ce La formule de la Confédération, diti!, ne sera que l'association d 'états souverains et le Secrétariat politique,- que le greftìer du Conseil des Ministres européenne, serait capable d 'apporter des solutions valables aux problèmes qui nous préoccupent aujourd'hui Le second rapport était présenté par le professeur Guy Héraud Il critiqua, ave:: sa précision coutumière, le projet Dehousse et la déclaration dite «européenne >> du Général De Gaulle en opposant chaque fois le projet portant convocation de l'assemblée Constituante uropéenne Il fit remarquer les prises de position de Monsieur Coudenov -Kalhergi, ainsi que celles du Mouvement uropéen dans san der nier Congrès à Luxembourg ; ces groupeménts ou ces hommes, dit-il, se contentent d'une urope travestie, et risquent d 'abuser l 'opinion jours de travail européen auquel s'adonnèrent les délégués «L 'unanimité se fit sur tous les points» Cette formule, couramment employée dans les communiqués officiels publiés à l'issue des réunions de nos gouvernements, pourrait aujourd'hui servir d'introduction à ce reportage sur la rvma Session du Congrès Permanent du Peuple uropéen Les délégués, anciennement ou récemment élus, étaient venus nombreux, des régions européennes les plus diverses Des personnalités çle tous les milieux avaient tenu à prendre part à ces travaux, ainsi que des militants de Hambourg, Nancy, Paris, _qui préparent des élections primaires dans leur ville re Quant aux autres gouvernements, ils ne proposent rien Notre jugement sur les Communautés uropéennes reste intact ; mais beaucòup de bonnes volontés se sont développées autour de ces organismes, et aujourd'hui, devant les attaques qu'ils subissent de la part des Gouvernements, nous devons leur exprimer nòtre solidarité Le délégué général passe ensuite en revue, dans une perspective que connaissent bien les lecteurs du Peuple uropéen, tous les problèmes de politique internationale, en insistant sur la décolonisation d'e l'afrique qui se poursuit dans des conditions désastr euses pour l 'avenir La crise que connait actuellement l 'état français, avec la grave menace qui pèse en conséqe nce sur la démocratie retirit tout particulièrement l'attention de l'orateur n conclusion, chacun peut se rendre ~ompte que, seule une Fédération (suite de la première page) La 4me session du Congrès du Peuple uropéen constate que la prétendue politique de grandeur ne co-rrespond pas à L'intéret profond et pennarrent de la France LA POLITIQ D L'ROP Ainsi, la prochaine session sera-telle encore plus représentative du Peuple uropéen Guy PLANTIR de L'urope et du monde démocratique L'erreur de cette politique consiste notamment : a) dans ta volonté de mai_n tenir par la forcé l'algérie sous le contrale de l' ta t ]'rançais, dans l'octroi unilatéral de_ structures administrativ-es artificielles et le refus de boute négociation avec le FLN b) dans la volonté de concevoir l'organisation de la défense europeenne en termes de forces armées et de politiques militaires nationales, et de doter la France d'une force de' frappe atomique nationale ; cette politique risque de généraliser la course aux armements atomiques à un m!>ment où il est né cessaire 'D01JT ln 'rlni:r ri11 'YYIfl'nrlo rl'n"" - De Gaulle doit c-hoisir (suite de la première page) mière est supérieure à la seconde Po litiquement ellé lui est inférieure, parce qu'elle est aussi prisonnière du mythe national : il suffit en effet de metti-e les démocrates français devant l'image de la Grande - Nation - Fran!,'aise - ngagée - à - Défendre - l'héritage - des - Ancetres, indépendamment du contenu de cet héritage, pour qu'ils commenc'e nt à frémir, deviennent incertains, s-e divisent et s'inclinent respe ctueusement devant le chantage des ultras Pour gagner la bataille politique en F rance contre le nationalisme le général de Gaulle devrait donc -'d onner à la Fra nce démocratique dont il a besoin, i'indication d 'une vocation nouvelle qui justifie l'abandon de toute politique nationaliste, y compris celle menée en Algérie Cette vocation ne peut etre que celle qui consiste à construire, avec les autres pays d 'urope, la démocratie fédérale européenne, une Fédération qui libère les Français, les Alleinands et les autres nations démocratiques du vieux continent de leurs cauchemars nationalistes, et qui en meme temps leur permette de jouer dans le monde le ròle d~ centre de civilisatiòn et de facteur de paix qui leur revient C'est cet enchainement politique, qui porte de la vision d'une république algérienne a ux négociations avec le F L N à la défaite politique des forces nationalistes erli France et à l'affirmation d 'un choix en faveur de la démocratie fédé r a le européenne, que le général de Gaulle n 'a pas su voir jusqu'à aujourd'hui L' idée de la vocation de la France au r òle de grande puissance constitue le point ferme de sa pensée politique et l'empeche de mobiliser la France démo ~ r a tique contre la réaction nation aliste Dès lors, l'abandon de l'algérie, ne débouchant plu~ sur rien, n 'est pas- le premier a cte d 'une nouvelle entreprise politique, mais une défa ite historique nette, qu'il est obligé de refuser dans toute la m esure du possible La négociation avec le FLN devient moralement inadmissible Il ne lui reste que la tentative d'o ctroyer lui-meme le n ou veau régime politique à l'algér ie dans l'espoir de concilier l'exigence de l'indépendance algérienne qu'il a comp r ise avec celle de sa dépendance à l'égard de la France à laquelle il ne sait pas renoncer Le général de Gaulle a réussi à donn_er à l a France un régime fragile, fonde seulement sur l'autorité morale d 'un homme, incapable de regrouper les plus puissantes forces politiques et sociales de France autour d'une nouvelle mission historique ; il se propose de mettre de son còté une répuplique algérienne encore plus fragile, fondée elle aussi seulement sur l'autorité morale du meme seui homme, incapable d 'obtenir l'appui des principales forces maghrébines Les révoltes d 'Algérie montrent toutefois que le moment des choix définitifs est arrivé, pour le président de la République et, surtout, pour les Français A SPINLLI _ - ~ ~

7 ts sou verains et le Secrétariat p olit iqu e, que le greffier du Conseil d es Ministr es n, VV'-'~ 4 e-serlrqtl'e' rassot!fittlo De Gaulle propose une urope à l a France, jouerait un role primordial, ce qu'elle n 'est pas en mesure de fai- Le b u rea u p r ésidentiel, de gau che à d roite : André de Keyser ; Greta ggermont ; R de Kinder, m aire-adjoint d'ostende ; Jean Rey, de la Commission du Ma rché Commun ; Miche! Mouskhély, Président du CP ; De Berna rdis ( Genes) ; Cla u s Schondube (Francfort) ; Henri Mallet (Lyon) - "" Ainsi, la p r och aine session s era -telle encore plus r eprésentative du P eu ple uropéen Guy PLANTIR lo siluation froncoise les proiets de "confédérotion européenne" exprime sa solidarité avec les dirigeànts des Communautés européennes qui, grace à leur dévouement européen e t malgré la faiblesse structurelle des institutions dont ils sont prisonniers, ont facili té la poussée des forces écono-niques vers l'unité européenne, s'opp osen t aux égoismes, aux particularis"ti es et aux vanités nationales et sont devenus la cible des ressentlments nation aux ; leur demande de ne pas céder aux p r essions des intérets nationaux ou particularistes et de rendre l'opinion européenne juge de leurs confli ts avec les forces gouvernementales - f - 'i~>n e sa volon t é de se bat re inp :: u r: q ue l 'unité de l'u scit d é nr c r a~ i q u etn e n < fc ncl ée mr > :::1 J :2 ~ e::jt - (") e tent, la nature trop souvent capitaliste de l'aide aux peuples africains, IJ1enacent de pousser ces derniers à une révòlte contre tout ce qui est civilisation européenne Seule une urope Fédérée peut abandonner l'héritage colonialiste, appuyer la lutte difficile des dirigeants africains -les plus clairvoyants contre la réaction féodale et tribale et le morcellement politique, à assumer les sa_crifices indispensables au progrès des africains vers le bien-etre et la' liberté, et permettre ainsi' l'établissement de rapports nouveaux de bon voisina!fe et de coopération entre les deux continents c) La conception de l'tat-nation, en entretenant le mythe d'une réunification allemande qui, aujourd'hui n'est pas réalisable, maintlent les Allemands de l'ouest dans une situation politique précaire, fait hésiter les autres nations occidentales entre leur solidarité avec la République Fédérale et leur aversion pour la reconstruction d'un 4~m Reich, freine le désir d'indépendance des pays d'urope Orientale, renforce en RSS les iendances les plus militaristes et les plus totalitaires Seule une Fédération de l'urope démocratique, englobant l' Allemagne de l'ouest, et dépourvue de perspectivl!s n!ttionalistes, renforcerait la solidité et la solidarité du mohde 'ibre et, sans poser aucune revendication territoriale, :faciliterait la détente mondiale, et le développement victorieux des tendances plus libérales qui se forment au sein des sociétés dominées par les comm 'lnistes, et devrait finalement permett re la réunification a'lemande et le retour des peuples de l'st à la liberté La 4Jme Session du Congrès du Peuple uropéen Constate que l'uro {le démocratique est parvenue à un tournant décisif qui l'oblige notamment à rechercher dei formes nouvelles de rapports avec les tats-nis, l'afrique et l'rss ; sa division en tats souverains l'empéche de donner à ce grave problème des solutions conformes à ses propres intéréts et à ceux du m onde tout entier n effet : a) Son amitié avec les tats-nis, nécessaire à la défense de la liberté et au maintien de l'équilibre mondial, ne peut et ne doit plus conserver la forme d'un protectorat diplomatique, mtlitaire et économique, qui va au-delà d es possibilités de l' Amérique et qui engendre des ressentiments dangereux en urope Le refus du gouvernement français d'accepter une intégration militaire dans le cadre de l'otan sa décision de se donner une force de frappe atomique n a tionale, l'attitude contradictoire du gouvernement allemand désirant la présence des troupes américaines mais refusant de prendre part à leur entretien sont les signes les plus récents de cette crise Seule une urope Fédérée, disposant d'une puissance suffisante serait à meme d'assurer une amitié sincère et solide avec l'amérique, et capable de participer efficacement à la lutte pour la paix et le désarmement général b) La lenteur et l es contradictions avec lesquelles les tats européens procèdent à la liquidation de h:urs anciens 'm h es, l eurs sympathies fréquentes po 'lr les fo:rces les plus réactionnaires d' Afr ique,_: leur paternalisme impéni demande que devant ces propositions les partenaires du gouvernement fran~ çais au lieu de se replier dans une méfiance passive présentent un projet de construction fédérale de l'urope ; LA POLITIQ D L'ROP déclare qu'un secrétariat polit ique et des organes techniques de coòpération internationale, dépourvus de volonté propre et un conseil de chefs de gouvernements nationaux, ne peuvent représenter que la somme des égoismes nationaux ; dans unè telle perspective, une assemblée, élue ou non, réduit e à d es fonctions consultati ves et un pseudo-référendum seraient organiquement incapables d'engendrer l;;~ volonté e t l'action communes dont l'urope a besoin ; le maintien du régime des souverainetés nationales, cause fondamentale des malheurs de l'urope et du désordre dans le monde serait ainsi consacré ; La 4me session du Congr'ès du PeupLe 1 uropéen const at e que La prétendue politique de grandeur ne co1r espond pas à L'intérét profond et perrnanent de La France constate que les gouvernements et les parlements nationaux refusent obstinément au peuple européen le droit de décider lui-meine de ses ins titutions et de son sort ; l'élection directe d'une Assemblée Co ns tit uante uropéenne et sur des référendums ratifiant dans chaque nation la constitution des tatss-nis d 'urape La IVme session du Congrès du Peuple uropéen, issue d 'élections primaires auxquelles ont pris part citoyens de 16 regwns d'urope, réunie à Ostende avant la Conférence de six chefs de gouvernements qui devra examiner les projets européens du Gouvernement français, D D D RÉSOib1rOONS de L'urope et du monde démocratique L'erreur de cet te politique consiste notamment : a) dans La volonté de mai_n tenir par La forcé L' ALgérie sous Le contrale de L'tat r rançais, dans L'octroi unilatéral de structures administrativ-es artificielles et Le refus de t;oute négociation avec Le FLN b ) dans La volonté de concevoir L'organisation de La défense europé'enne en termes de force-s armées et de politiques militaires nationales, et de doter la France d'une force de frappe atomique nationale ; cette politique risque de gérz éraliser La course aux armements atom iques à u n mam ent où il est nécessaire, pou,r La paix du monde, d'en ray er un te L processus et de soumettre les armements déjà ex ist ants à un con tr6le rigourèu-c ; c) dans La volorz té d e briser tout es poir d'unité fédérale européen ne en affirmant La primaut é de L'tat-Nation, en brimant Les Communautés, en proposant des schémas confédéraux dònt Le seul but est de maintenir L'urope des souverainetés, dans L'espoir v ain d'y exercer un r6le hégémonique L e Congrès constat e qu'en v oulant mettre les Français au service de ce fau x idéal de puissance qui isole La France dans Le monde et en fait un fa cteur de division, Le gouver~ement français ouvre la porte à la suppression progressive des Libertés, et renforçant ce tte t endance darzs Les autres pays, m enace par tà également L'avenir de La démocratie dans Le reste de L'urop e Conscient de ce fait, le Con grès prod ame sa solidarité avec tous Les Français qui, fidè Les aux grarzdes traditions de Liberté et d'humanité de leurs pays, s'opposent à cette évolution Il souligne toutefois que cette Lutte n'a de chances d'é tre gagnée que dam La mesure où Les forces démocratiqu es français es, cessant de s'en fe rm er dans La perspective nationale, placent Leur espoir dans L'in,stauration de La démocratie fédérale européenne n affirme par conséquent que La Lutte des forces démocratiques français es pou r La fin négociée de La guerre en Algérie, pour L'in dépendan ce de ce pay s dans Le respect des droits Légitimes de toutes ses oommunautés, et contre L'évoLution aut oritaire en France doit étre étroitement Liée à la Lutte pour une Fédération uropéenne IL Les engage à re joindre Les fédéralistes dans Leur combat pour La Constituante uropéenne o l i v e 11i la plus grande ~n~repfise industrielle d'~urope de machines de bureau p n-se ec celle de sa a è penda n ce à l'égard de la Fra nce à laquelle il ne sait pas r en oncer L e gén ér al d e Gaulle a r éu ssi à d onn er à l a F rance un r égime fragile, fondé seulement sur l 'autorité morale d 'un homme, incapable de regrouper les plus puissantes forces politiques et sociales de France autour d 'une nouvelle mission historique ; il se propose de mettre de son coté une répuplique algérienne encore plus fragile, fondée elle aussi seulement sur l'autorité morale du meme seul homme, incapable d'obtenir l'appui d es principales forces maghrébines Les révoltes d'algérie montrent toutefois que le moment des choix défini- ' tifs est arrivé, pour le président de la République et, surtout, pour les Frpnçais A SPINLLI RDACTR N CHF : ALTIRO SPINLLI dition en langue française PPI 'ROPtN 55, rue de la République, LYON Tél Directeur de publication : Jacques OLLIR Responsables de la Rédaction A Darteil B Lesfarruea dition en langue italienne, POPOLO ROPO Torino, via Bligny 15 Responsable de la Rédaction Giuliano Marti&"netti dition en langue néerlandaiie HT ROPS VOIK 47, Alexander Battalaan MAASTRICHT (PaysBal) Responsable de la Rédaction P J G Houx dition en!angue allemande ROPAISOHS VOII( cjo der Foderalist FRANKFRT jm Langestrasse 20 BLGIQ : Mouvement pour la Fédération uropéenne 81, rile Mercelis, BRXLLS!5 CCP N lmprimerie Terreaux Frères 53 r Bonnel Lyon Machines à écrire de bureau et portatives Additionneuses imprimantes à main et électriq~es Calculatrices imprimantes Machines comptables T_ é léimprimeurs

8 D frit RDI'S I(RANT! ROPÀISCHS VOLK PPL ROPÉN ROP VOLK POPOLO ROPO D GALL ZAL MOTN KIZN geestelijk afgesloten heeft, naar zijn verleden gericht is, zich het middelpunt van de wereld waant, zijn grootste trots in zijn leger zoekt en dat gedragen wordt door -die maatschappelijke groepen, die het vijandigst staan tegenover de vormen en problemen van de mo~ derne indtistriele samenleving De algerijnse oorlog was en is hun oorlog; het ligt voor de hand dat zij weigeren toe te geven hem ver~ loren te hebben, zo lang zij in Frankrijk niet politiek verslagen zijn Om met het FLN te onderhan~ handelen, zou Generaal De Gaulle zich dus moeten richten tot het de~ mocratische, moderne Frankrijk, dat dat Algerije een republiek moet wor~ den, moet men onderhandelen met het F LN, omdat het de voornaam~ ste algerijnse politieke macht is en dus de grootste verantwoordelijkheid draagt voor de opbouw van de Al ~ gerijnse Republiek ender lag de verantwoordelijkheid voor de her~ opbouw van de Franse Republiek in 1944 bij De Gaùlle en h,et Franse Nationale Bevrijdingscomité De on~ derhandelingen zouden moeten gaan over de manier waarop de macht van het franse bestuur overgedragen bloedige gebeurtenissen, die zich in Algerije practisch voor de ogen van Generaal De Gaulle hebben afgespeeld, bewijzen dat ook voor hem het uur van de waarheid heeft geslagen V an de totale waarheid Zal hij er naar weten te luisteren7 Hij had al langer begrepen, dat het franse Algerije een bespottelijke formule was, waarachter zich de wilde verlangens van de bevoorrechten in Algerije verscholen Zij waren tot nu toe het overheersende ras in dit land en zij eisten -- onder het mom van vaderlandsliefde,- dat de franse staat en het franse volk zich als uitsluitende doel zouden stellen de handhaving van hun sociale en po~ litieke overwicht over de Algerijnen D~ Generaal is verder tot hèt inzicht gekom~n, dat het in de politieke en morele omstandigheden van onze dagen de enige oplossing voor Algerije kan zijn een algerijnse republiek te worden Omdat hij deze zaken begrepen heeft voelen zijn bondgenoten van gisteren, de ultra-nationalisten in Algerije en Frankrijk, burgers zowel als militairen, zich door he)ll be~ drogen en zij zijn de weg opgegaan van de fascistische revolte Wa t hij tot nog toe niet begrepen heeft is, dat zijn persoonlijke prestige en zijn nagenoeg onbegrensde macht niet voldoende zijn om deze tegenstand te breken Beide zullen afbrok~ kelen als zij niet in dienst staan van een zinvolle idee en van een reele politieke actie Wat had hij moeten doen en wat moet hij thans nog doen om uit deze tragische impasse te raken7 Altiero SPINLLI D zal worden aan het nieuwe bestuur r zouden garanties gegeven moeten worden aan de franse minderheid ; het zou goed zijn als zij de franse burgerrechten zou blijven bezitten en de mogelijkheid zou hebben naar uropa te emigreren als zij niet in een onafhankelijk geworden Algerije willen blijven leven Het zou van wijsheid getuigen Tunesie en Marok~ ko zo nauw mogelijk bij de Alge~ rijnse zaak te betrekken; zodat de i\lgerijnse Republiek geboren wordt in een federale omgeving, di e de h el e Maghre'b omvat en waar de twee landen die reeds een gevestigde po~ litieke structuur bezitten een factor van orde vormen, wat van belang zou zijn voor het derde land, dat een lange partisanenoorlog achter de rug heeft Al deze details, die nog met andere aan te vullen zouderi zijn, kunnen echter geen wijziging bre~ gen in het centrale punt van de on~ derhandelinaen nl het toevertrou~ open staat naar de hele wereld Dat zou betekenen dat hij zich tegen het Frankrijk van het verleden keerde Geestelijk, materieel en numeriek is het eerste superieu r aan het tweede Politièk staat het er echter bij ten achter, omdat het zelf ook gevange~ ne is van de nationale mythe Het blijkt voldoende te zijn om de fran~ se democraten het beeld van de gro~ te-franse~natie~die-het~erfgoed-der voorvaderen~verdedigt voor ogen te houden, onafhankelijk van de inhoud van dat erfgoed, om hen te doen aar~ zelen Zij worden onzeker, raken verdeeld en buigen zich vol respect voor de chantage van de ultras ( vervolg pag 2) VOORTZTTI!/G VAN D TIOLITII( L/JN NA HT CONGRS VAN OOSTND Bij gelegenheid van de jaarwisseling bieden wij onze lezers onze beste wensen aan voor het nieuwe jaar Hopelijk zaldeeuropese eenwording in het komende jaac aanzienlijke vorderingen maken e n gelijktijdig de wereldsituatie zo veranderen, dat voor 'allen betere levensvoorwaarden mogelijk worden Redactie Het uropese Volk l OMDAT aan de drie resoluties, die op de vierde zitting van het Congres van het urop~e V olk aangenomen werden elders voldoende aandacht besteed wordt, is et niet mijn bedoeling er hier nader op in te gaan Ik zou alleen hun po1"tieke betekenis en 'consequenties willen onderstrepen _ Op de eerste pl::ts neemt het Congres van ~et uropese Volk, zoals ook de uropese Federalistische Beweging en het internationale Bureau xé~ cutif van de Socialistische Beweging voor de V erenigde Staten van uropa, duidelijk afstand van de,confederalistische" voorstellen van qe franse re~ gering Daarmee kiest het stelling tegen de meerderheid van de deelnemers aan het congres van Luxemburg, dat op 11 en 12 november door de uro~ pese Beweging georganiseerd werd Zij immers dachten er goed aan te doen zich achter deze voorstellen te plaatsen K ANSLIR Adenauer meende, dat,het koude en vochtige weer van deze dagen zonder zon, zijn gezondheid in aevaar znu kunnpn hrpn~ Gemeepschappen en de,technische miìiisters" zou komen te staan venmin voelen zij zich aangetrok~ kpn tnt PPn 7PPr v~~n 1'PfPrPn,tlum nf Heiligé Alliantie van nationaal conservatisme en immobilisme verzwakt, door zich ai~ te sluiten bij de voorstellen - v an h et franse staatshoofd zonder daarvoor de minste compensatie te bedingen De Gaulle heeft immers weliswaar enkele conr:essies gedaan aan de federalistische ver~ langens en aan het beginsel van e uro~ pese verkiezingen v66r 1965, maar deze concessies zijn slechts woorden en verplichten de Generaal tot niets Zoals de gedelegeerden van het Congres v an het uro pese V olk in Oostende unaniem hebben verklaard, 'l

9 kan zijn een algerijnse r epubfie te -uro pa~ te' emig;eren al s- zij niet in worden Omdat hij deze zaken b e~ een onafhankelijk geworden Algegrepen heeft voelen zijn bondgenoten rije willen blijven leven Het zou van OMDAT aan de Jdrie resoluties, die op de vierde zitting van het Congres van gisteren, de ultra~nationalisten wijsheid getuigen Tunesie en Marok~ van het uropepe V olk aangenomen werden elders voldoende aandacht in Algerije en Frankrijk, burgers zo~ ko zo nauw mogelijk bij de Algebesteed wordt, is :het niet mijn bedoeling er hier nader op in te gaan lk wel als militairen, zich door hem be~ rijnse zaak te betrekken; zodat de zou alleen hun po1 'Ùeke betekenis en 'consequenties willen onderstrepen drogen en zij zijn de weg opgegaan Algerijnse Republiek geboren wo7dt _ Op de eerste pk ts neemt het Congre& van ~et uropese V olk, z oals ook van de fascistische :revolte in een federale omgeving, die de hele de uropese Federalistische Beweging en het internationale Bureau xé~ Wa t hij tot nog toe niet begrepen Maghrèb omvat en waàr de twee cutif van de Socialistische Beweging vòor de V erenigde Staten van uropa, heeft is, dat zijn persoonlijke prestige landen die reeds een gevestigde poduidelijk afstand van de,confederalistisch~" voorstellen van de franse reen zijn nagenoeg onbegrensde macht litieke structuur bezitten een factor gering Daarmee kiest het stelling tegen de meerdet:heid van dé deelnemers niet voldoende zijn om deze tegen~ van orde vormen, wat van belang aan het congres van Luxemburg, dat op 11 en 12 november door de uro~ stand te breken Beide zullen afbrok~ zou zijn voor het derde land, dat een pese Beweging georganiseèrd werd Zij immers dachten er goed aan te kelen als z{j niet in dienst staan van lange partisanenoorlog achter de rug doen zich achter deze voorstellen te plaatsen een zinvolle idee en van een reele heeft Al deze details, die nog met politieke actie andere aan te vullen zoudert ' zijn, ANSLIR Adenauer meende, Gemeepschappen en de,technische Wat had hij moeten doen en wat kunnen echter geen wijziging brendat,het koude en vochtige weer miìiisters" zou komen te staan moet hij thans nog doen om uit deze gen in het centrale punt van de onvan deze dagen zonder zon, zijn ge~ venmin voelen zij zich aangetrok~ tragische impasse te raken? derhandelijlgen, nl het toevertrou- zondheid in gevaar zou kunnen bren~ ken tot een zeer vaag referendum of wen van het lot van Algerije aan gen" en hij onttrok zich daarmee aan tot de oprichting van een uitsluitend M aan de oorlog een einde te het F LN, de intergouvernementele besprekin~ continentaal verbond, dat Groot~ maken, zou Generaal De Gaulle Laat ons de waarheid niet achgen, die voor 5 december voorzien Brittannie zou buiten,sluiten en zich met het F LN moeten onderhande~ ter woorden verbergen: dergelijke waren ledereen weet trouwens dat van de V erenigde St~ten zou ver~ len en weigering om met de vij~ onderhandelingen zouden de volhet merèndeel der reg~ringen zeer wijderen and te onderhandelen heeft alleen slagen en bittere erkenning betegereserveerd, zo niet zonder meer Reeds nu heeft de uropese Bezin in geval van een uitroeiingsoor~ kenen van de nederlaag van het vijandig staat tegenover een perma- weging op haar congres in Luxemfog Rome kon weigeren met Car~ behoudzuchtige en nationalistische nent politiek secretariaat van de burg, het verzet tegen het zg,uthago te onderhandelen, de Geallieer~ Prankrijk en Frankrijk, dat zich,zes", da t in de praktijk boven de ropa der Y:aderlanden" en tegen de d~n hoefden evenmin onderhandelin~ gen met Hitler aan te knopen, want beiden wilden hun vijand vernieti~ gen Maar als men er van uit gaat K O De griep van Adenauer heeft de bijeenkomst van de zes regeringslei~ ders in h et begin v an de maand ver~ hinderd Nu zal er in de eerste maanden van het nieuwe jaar op~ nieuw gesproken moeten worden aver de,,confederale" voorstellen van Generaal De Gaulle Het openlijk toegegeven doel van deze voorstellen is de terugkeer tot de oude nationale vormen, zo moge-:_ lijk onder een soort politiek leider~ schap van Frankrijk De europese regeringschefs gaan beslist mel een slecht humeur naar Parijs Zij zijn vastbesloten de hege~ monistische pretenties van Frankrijk geen gehoor te verlenen, maar zij aanvaarden stilzwijgend de terug~ keer naar het nationale perspectief, alleen al door het feit dat zij geen enkel alternatief voorstel hebben en geen enkel constructief idee Hun enige opzet is zich niet te compro~ mitteren en tijd te winnen wat hun vergemakkelijkt wordt doordat de werkelijke leider van uropa, n,l de Amerikaanse regering momenteel practisch niet bestaat en pas weer op het politieke toneel zal verschij~ nen als Kennedy einde januari zijn intrede in het Witte Huis heeft ge~ daan (vervolg pag 4) bnzeplaats Stembureau op de piace de la République te Lyon, waar op 20 en 21 november jl primaire verkiezingen ge~ ho!jden werden; kiezers brachten hun stem uit Heiligé Alliantie van nationaal conservatisme en immobilisme verzwakt, door zich aa'~: te sluiten bij de voorstellen- van het franse staatshoofd zonder daarvoor de minste compensatie te bedingen De Gaulle heeft immers weliswaar enkele concessies gedaan aan de federalistische verlangens en aan het beginsel van europese verkiezingen v66r 1965, maar deze concessies zijn slechts woorden en verplichten de Generaal tot niets Zoals de gedelegeerden van het Congres v an het uropese V olk in Oostende unaniem hebben verklaard, is er geen overeenstemming maar tegenstelling tussen een federatie, die voorziet in overdracht van souvereiniteit, collectieve verantwoordelijkheid, een democratische structuur Raymond RIFFLT op boven-nationaal niveau aan de ene kant en een vergadering van hoofden van souvereine staten, die niet verantwoordelijk is tegenover een raadgevend parlement en die besluiten neemt buiten iedere georganiseerde bekrachtiging door het volk om, aan de andere kant Het was de duidelijk uitgesproken hoop van de voorstanders van de rechtstreekse verkiezing van het uropese Parlement, dat zij daarmee een effectieve hefboom zouden scheppen tegen de apathie en de onmacht van de Raad van Ministers en een gewettigde steun zouden verlenen aan de europese executieven W a t zal daar van overblijven als het Parlement v66r zijn verkiezing al in e~ri zo nauw corset wordt gewrongen, dat ieder sprankje autonomie of hoop op uitbreiding' van bevoegdheden wordt uitgedoofd door de samengevoegde druk van nationaal verzet en intergouvernementele europese bureaucratie, aan de top " V erder heeft h et Congres v an h et uropese V olk niet geaarzeld moedig stelling te nemen ten aanzien van de ontwikkeling van de toestand in Frankrijk W ellicht zullen enkelen denken dat de europese federalisten z ich niet mel nationale politieke problemen hebben bezig te houden De congressisiten van Oostende waren daarentegen van mening, dat men tevergeefs op de werkelijke eenwording van uropa hoopt als de oorlog in Algerije blijft voortduren en als de Ve Republiek een volslagen autoritaire staatsvorm zou aannemen ( vervolg pag 4)

10 PA IN STKJS ROPA IN STKJS ROPA IN STKJS ROPA IN STKJS Algerije n de Verenigde Nati es ZID-TIRDL li D /TALIAANS FASCIST/l en zoals, met uitzondering van de regering, ook iedereen verwachtte, hebben de Italiaanse fascisten geprobeerd het NO -debat aver ZuidTirol uit te buiten voor georganiseerde relletjes in de studentenwereld De poging is als zodanig mislukt, ook al bleek het percentage va11 degenen die ieder voorwendsel aangrijpen om van school te spijbelen, nog steeds hoog te z ijn Het hof;ft geen betoog, dat deze, nationale gez indheid" zich niet bu~ten de college-uren gemanifesteerd z ou hebben Geen mens zou dan zijn komen opdagen Maar niettemin blijkt het in neonationalistische kringen, die uiteraard nauw verbonden zijn met de fascisten, nog steeds weer mogelijk t e zijn de gemoederen in beweging te brengen als de Zuid-T yroolse kwestie te>, t::f<>l lrnrnt Zoals te verwacht~n was, seren en practisch gelijk te geven aan Oostenrijk, neen, hij sprak zelfs als zijn mening uit, dat de enige manier om het p~obleem van,alto Adige" op te lossen te vinden was in de vervanging van de nationale staat door een grotere staatkundige eenheid Men kan zich afvragen waarom de federalisten deze gelegenheid niet benut hebben om aan te tonen, dat hun idee er niet een is voor onvaderlandslievenden, maar integendeel juist voor toegewijde patriotten, die met bescherming van de belangen en de rechten van de naties tot eeri boven-nationaal verbond tussen de europese volken willen komen", Hoewel men aart dit soort commentaren het best stilzwijgend voorbij kan gaan, willen wij """" getrouw aan onze democratische gewoonten """" toch nogma als preciseren, dat de federalisten tegen ieder nationalisme Het uropa van de slakken r bestaan uitstekende,uropeanen", di e eens en voor altijd besloten hebben hun inspiratie te zoeken bij de serene traagheid van de slak De theorie is eenvoudig en naar het schijnt gemakkelijk: laat het economische uropa zich vormen en de,rest", wat da t dan ook mag zijn, zal worden toegeworpen Kijk maar naar wat met de Zollverein gebeurde! moet w plannen niet als kometen willen laten opschieten, heren federalisten Het is beter langzaam maar zeker te gaan en lange reis vraagt grondige voorbereidingen Haast langzaam :,Chi va piano, va sano" Natuurlijk! Gelukkig geen geestelijke inspanning Men hoeft zijn schulp pas na rijp beraad te verlaten Alle wegen leiden naar u:opa, omdat - zoals algemeen bekend - alle wegen naar Rome leiden W eg met de doctrinaire twisten; w'eg met de nutteloze theorieen Laten we reeel blijven, practisch en elastisch Laten we van alles een beetje nemen n van dat beetje een geheel maken,de gustibus et coloribus non disputandum" Alberto Cabella Duitse troepen in Frankrijk r bestaat een ltaliaans gezegde, dat men in het nederlands het beste kan vertalen met,zoals men zijn bed opmaakt, slaapt men" V aak tonen de gebeurtenissen van alledag de diepe waarheid Va)} dit soort zegswijzen aan Dat overkomt nu weer de talrijke Fransen, die jammeren over de aanwezigheid van duitse soldaten op vaderlandse bodem Dit is dan het resultaat van _de inspanningen van de tegenstanders van het europese leger, die zoveel vrees koesterden voor de duitse herbewapening Overigens waren er maar weinig talrijke en dan nog zeer bescheiden betogingen van de zijde van de bevolking Bovendien moet men niet vergeten, dat juist in deze streken de ondergrondse in de oorlog zeer actief was n waar er demonstraties waren, heeft de politie energiek ingegrepen ens te meer hebben hiermee degenen die ons regeren van hun medeburgers die europese gezindheid geeist, die zij niet in staat waren op het juiste ogenbli~ zelf te tonen N u bedelen zij om sjympathie voor het steeds verafschuwde uniform, dat zij weigerden te vervangen door een ander, dat voor alle uropeanen gelijk zou zijn Zij dringen er op aan rancunes en wantrouwen te vergeten, waaraan zij zelf voedsel verschaft hebben en nog regelmatig verschaffen In een van de dorpen stond een bord:,arboué, snelheid 50 km, doorgangs- en stopverbod voor duitse troepen (gemeentelijk besluit ,,o1n1ncn\ ROPA IN STKJ Jean-Pierre Gouzy behoort tot degenen, die sinds jaren voor ucopas eerrwording werken Hij woonde het Congres van de uropese Beweging in Luxemburg bij, wat voor hem aanleiding werd tot de volgende l yrische ontboezeming te als volgt worden samengevat: ledere staat vraagt de steun van zijn bondgenoten om iijn oude voorrechten en vergane structuur te verdedigen Frankrijk en Belgie in Afrika, Duitsland in het Oosten en ltalie in Zuid-Tyrol Dit alles heeft echter niets me t uropa te maken, omdat het niets anders is dan - zoals we reeds zeiden - het reactionnaire samengaan van de oude nationale staten, die zich in de ogen van de publieke wereldopinie in de beklaagdebank bevinden Inderdaad, een onverwacht feit, maar daarom niet minder waar In de politieke commtsste van de De uropese landen voelen zich V erenigde N aties is de afro-aziati- heen en weer geslingerd tussen hun solidariteitsgevoel met sche klacht in behandeling geweest, W esters die betrekking had op de Algerijnse Frankrijk en de wetenschap dat hun kwestie en aandrong op onderhan- publieke opinie de Franse politiek in delingen tussen Frankrijk en Alge- Algerije afkeurt Hun keuze werd rije Hieruit zou een referendum on- vergemakkelijkt door de Amerikaander contrale van de V erenigde N a- se stellingname ties in Algerije moeten Noortvloeien Men moet er wel rekening mee De resolutie heeft een meerderheid _ houden dat de onthoudingen meestal van twee derde bereikt voor wat de in werkelijkheid een negatief ooronderhandelingen betreft en de ab- deel betekenen Zij zijn een afkeu!!olute meerderheid met betrekking ring, die men om diplomatieke redetot het referendum De stemming nen wil verzachten, zoals in het gehad als resultaat: 46 v66r, 28 ont- val van sommige landen van de vroehoudingen en 20 tegen gere Franse gemeenschap, die van Wij lezen m Le Monde dat dit re- Parijs credieten nodig hebben r is niets dommers dan zich in de sultaat,te meer onverwacht was, omdat een uur tevoren de vertegen- politiek illusies te maken en het is woordiger van de V S een hevige weinig troostrijk te constateren, dat sensatie veroorzaakt had door aan het beste Franse dagblad niet de te kondigen, dat zijn land, dat zich moed heeft zijn lezers de waarheid te in de twee voorgaande jaren van zeggen N og stuitender is de bete houding stemming onthouden had, tegen het van het grootste deel der pers in de voorstel zou stemmen" Het dient echter gezegd, dat deze andere uropese landen, dat steeds uitslag alleen onverwacht was voor klaar staat om de Amerikaanse podegeen die doof en blind is, want sitie, hoe die ook is, te ondersteunen onverwacht was alleen het feit dat De Italiaanse bladen zijn in dit oper minder onthoudingen waren Dat zicht meesters, maar de Duitse de resolutie ondanks de steun van doen niet voor ben onder de V S, aangenomen werd lag voor De uropesè saamhorigheid, waarvan de kranten schrijven, kan in feide band le acte 1946,Men heeft toch gezegd dat Churchill uropeaan is Heeft zijn rede van Ziirich dan niet gehoord?,verenigde Staten van uropa", heeft hij gezegd! cht waar,n, hou je vast mijn beste, er wordt gesproken over het mee~ doen van zijn schoonzoon, een jonge man met een grote toekomst, de roemruchte Duncan Sandys In de uropese Beweging Als Algemeen G edelegeerde en apostel, zeg ik je!, een a poste! uropa is onderweg " Churchill heeft trouwens voor zijn gedenkwaardige woorden de Karel de Grote-prijs gekregen 2e acte 1954 Daar is Mendes-France T-l';; ;r rl~ n~~ ~ ~ 1,~~~~ "~~~r-~ 1 Ah! het Radicale Congres van Lille, dat was Briand!,De D G, zegt? -,daarvan maakt hij zijn persoonlijke aangelegenheid Geen probleem! Meerderheid ; lndochina; Prestige; en ook maarschalk Juin doet mee,de D G hoeft maar uit de ijskast gehaald te worden, en zult dit kind, geboren uit de schuldige liefde van René Pleven, Jean Monnet en enkele andere ridders van de abstracte supranationali~ teit, zich zien ontwikkelen tot een liefelijke kleine W, heel concreet en heeft van die onaanvechtbare garanties n dat is nog niet alles Voorbij is het kleine" uropa V an vijf e n een kwart worden ~~,zeven" door, solied en degehjk het schone Albion aan het Continent vast te kluisteren, Van vijf en een kwart naar zeven" is dat niet goed gekozen om Groot Brittannie aan het europese concert te doen deelnemen? God save the Queen, heren continentalen! 3e acte 1960,Men heeft toch gezegd dat de generaal een evolutie doormaakt : hij is geworden wat hij ei~enlijk al lang was,,uropeaan Ah, mijn beste, wat een ruggegraat! n wat een,force de frap~ pe " Gemeenschappelijke Markt ; versnelling; politiek secretariaat; referendum nog nooit - naar de mening van de slak - ging het zo vlug,n bovendien, hij ziet de zaken zo groot van de Atlantische Oceaari tot de Oeral met die niet te evenaren deftigheid v an 1815",Wat doet het er toe of de supranationaliteit vervangen wordt door h et Congres v an W enen waar het om gaat is, dat er eindelijk is,a right man in the right piace!" r bestaan uitstekende,uropeanen", di e eens en voor altijd besloten hebben hun inspiratie 't e zoeken bij de serene traagheid van de slak n om niet in het onzekere te laten, daar waren er vele van in de Luxemburgse wandelgangen H1rl o n co h n f 1 --f("'f r,_,,, _ l

11 nnr versnernng ;-porltie ~ecremrraar; referendum nog nooit - naar de mening van de slak - ging het zo vlug, n bovendien, hij ziet de zaken zo groot v an de Atlantische Oceaari tot de Oeral met die niet te evenaren deftigheid van 1815",Wat doet het er toe of de supranationaliteit vervangen wordt door h et Congres v an W enen waar het om gaat is, dat er eindelijk is,a right man in the right place!" r bestaan uitstekende,uropeanen", die eens e n voor altijd besloten hebben hun inspiratie t e zoeken bij de serene traagheid van de slak n om niet in het onzekere 2e acte te laten, daar waren er vele van 1954: Daar is Mendes-France in de Luxemburgse wandelgangen tijdens het laatste Congres van de Hij is, de voortekeneri voorspeluropese Beweging len het, voorstander van de europese federatie, al sinds twintig Parijs, december 1960 jaar lnderdaad, sedert het RadiJean-Pierre Gouzy cale Congres van Lille! y-zey-~~n ~--mt5p-~ H eeft zijn rede van Ziirich dan niet gehoord? V erenigde Staten va n uropa", heeft hij gezegd! cht waar n, hou je vast mijn beste, er wordt gesproken aver het meedoen van zijn schoonzoon, een jonge man met een grote toekomst, de roemruchte Duncan Sandys In de uropese Beweging Als Algemeen Gedelegeerde en apostel, zeg ik je!, een a poste! uropa is onderweg" Churchill heeft trouwens voor zijn gedenkwaardige woorden de Kçrel de Grote-prijs gekregen, 1 l l ~ D GALL ZAL MOTN KIZN ( vervolg v an pag 1) QM de politieke strijd in Frankrijk tegen het nationalisìne te winnen, zou Generaal De Gaulle dus aan het democratische Frankrijk, dat hij n~ dig heeft, de vingerwijzing van een nieuwe roeping moeten geven, die het prijsgeven van iedere nationalistische politiek rechtvaardigt, met inbegrip van die in Algerije Deze roeplng kan geen andere zijn dfm die, om met de andere landen van uroj pa de federale- europese democrati~ te bouwen en federatie, die de F ransen, de Duitsers en alle andere democratische naties van het oude continent bevrijdt van hun nationalistische nachtmerries en die hen te-' gelijk in staat stelt 'in de wereld de rol van beschavings~entrum en vredesfactor te spelen, die hen toekomt Het is deze opeenvolging van po~ litieke feiten, die voert van de idee van een Algerijnse Republiek naar onderhandelingen met het F LN, naar het politieke echec van de nationalistische krachten in Frankr!jk en naar de keuze ten gunste van de europese federale democratie, die Generaal De Gaulle tot op heden nog niet heeft weten te ontdekken De idee dat Frankrijk geroepen is tot de rol van grate mogendheid, vormt het middelpunt van zijn politieke gedachtenwereld en belet hem het democratische Frankrijk te mobiliseren tegen de nationalistische reactie Daarom is het loslaten van Algerije, zonder dat dit verdere consequenties heeft, niet de eerste acte van een nieuwe politiek, maar een duidelijke historische nederlaag, die hij zo lang mogelijk uit de weg wenst te gaan Onderhandelingen met het F LN worden dan moreel ontoelaatbaar r blijft hem niets anders aver dan te proberen zelf het nieuwe politieke regime in Algerije in te stel- len en er zijn goedkeuring aan te hechten in de ijdele hoop de eis van de algerijnse onafhankelijkheid, die hij begrepen heeft, in overeenstemming te kunen brengen met afhankelijkheid van Frankrijk, welke gedachte hij niet los weet te laten Generaal De Gaulle is er in geslaagd Frankrijk een zwak regime te geven, dat uitsluitend op het morele gezag van één man berust en dat niet in staat is de grote politieke en sociale krachten van Frankrijk te groeperen rond een nieuwe historische zending Hij droomt er van naast zich een Algerijnse Republiek te stichten, die nog zwakker zal zijn, want ook zij zal alleen: op het morele gezag van dezelfde man gebaseerd zijn en niet bij machte zijn de steun van de grote krachten van de Maghreb te verwerven De revoltes in Algerije tonen niettemin dat het ogenblik van de definitieve keuze gekomen is V oor de President van de Republiek en meer nog - voor de Fransen Altiero Spinelli de j e on ergron se m de oor og zeer actief was n waar er demonstraties waren, heeft de politie energiek ingegrepen ens te meer hebben hiermee degenen die ons reg~ren van hun medeburgers die euro~ese gezindheid geeist, die zij niet in staat waren op het juiste ogenbli~ zelf te tonen N u bedelen zij om sfmpathie voor het steeds verafschuwde uniform, dat zij weigerden te vervangen door een ander, dat voor alle uropeanen gelijk zou zijn Zij dringen er op aan rancunes _en wantrouwen te vergeten, waaraan zij ze1f voedsel verschaft hebben en nog regelmatig verschaffen In een van de dorpen stond een bord:,arbotié, snelheid 50 km, doorgangs- en stopverbod voor duitse troepen ( gemeentelijk besluit van ) Dat is beslist niet de manier om uropa op te bouwen; het is eerder het zekerste middel om het voor al~ tijd verdeeld te houden =r;;ri;;~,' ;~k ied;;~;;; ;;e><l--w -a~~ch_t_t_e_, - Oostenrijk, ne~hlj sprak zelfs als hebben de Italiaanse fas cisten gepro- zijn mening uit, dat de enige manier beerd het NO -debat aver Zuid- om het p~obleem van,alto Adige" Tirol uit te buiten v o or georgani- o p te lossen te vinden was in de verseerde relletjes in de studenten- vanging van de nationale staat door wereld De poging is als zodanig mis- een grotere staatkundige eenheid lukt, ook al bleek het percentage van Men kan zich afvragen waarom de degenen di e ieder voorwendsel aan- federalisten deze gelegenheid niet grijpen om van school te spijbelen, benut hebben om aan te tonen, dat nog steeds hoog te zijn Het ho~ft hun idee er niet een is voor onvageen betoog, dat deze,nationale ge- derlandslievenden, maar integendeel zindheid" zich niet bu~ten de col- juist voor toegewijde patriottent die lege-uren gemanifesteerd zou heb- met bescherming van de belangen en ben Geen mens zou dan zijn komen de rechten van de naties tot een boopdagen ven-nationaal verbond tussen de Maar niettemin blijkt het in neoeuropese volken willen komen" nationalistische kringen, die uiteraard Hoewel men aart dit soort comnauw verbonden zijn met de fascismentaren het best stilzwijgend voorten, nog steeds weer mogelijk te zijn bij kan gaan, willen wij - getrouw de gemoederen in beweging te bren- aan Dnze democratische gewoonten gen als de Zuid-Tyroolse kwestie - toch nogma als preciseren, da t de ter tafel komt federalisten tegen ieder nationalisme zijn Zij critiseren het italiaanse naook de conformistische houding tionalisme inzake Zuid-Tyrol maar van de zogenaamde informatie-bla- daarvoor hoeven zij nog geen woordden bracht niets nieuws De oude voerder van het oostenrijkse natiolade van de verschaalde nationalis- nalisme te worden Het tegendeel is tische rethorica werd opengetrokken waar en leeggehaald Sommige kranten Het blijft een feit dat de verantwilden nog meer en benutten deze woordelij'kheid aan italiaanse zij d e kans om voor de honderdste keer de groter is, want de geest van het acstrengste banvloeken uit te spreken coord De Gasperi--Gruber werd over de jonge generaties, die onaanaangetast toen d e autonomie van gedaan en sceptisch blijken te staan Zuid-Tyiol verdronken werd in de tegenover beginselen waarvoor men hoofdzakelijk italiaanse streek Trenvroeger te velde trok en van deze tino-alto Adige heilige beginselen is de nationale staat, waar men zelfs niet naar mag D~ bescherming van de nationale wijzen, wil men niet als slecht varcchteri en belangen heeft nog nooit derlander en mislukte democraat uitgeleid tot enig boven-nationaal bondgekreten worden genootschap, maar heeft uropa Zo is daar het voorbeeld van Credaarentegen miljoenen doden gekost mona in Lombardije, waar de fascisen onherstelbaar leed veroorzaakt tische inspanningen onmiddellijk een Als de nationale regeringen blijven zeer geslaagde federalistische reactie do:::jrgaan hun respectievelijke rechopriepen Hieraan wijdde het plaatten en belangen te beschermen; voeselijk orgaan La Provincia" zijn ren zij uropa tot een toestarid, die hoofdartikel, waaraan wij enkele pas- vergelijkbaar is met die waarin de sages willen ontlenen Balkan zich in de vooroorlogse jaren bevond, W a t ons het meest verdriet is H et vraagstuk v an Zuid-Tyrol niet de houding van bepaalde poli- kan, zoals alle grensgeschillen, slechts tieke partijen, maar vooral de onver- afdoende geregeld worden in het kadraagzame stellingname van de u- der van een federale staat, waar het ropese Federalistische Beweging zich zelfs niet zou stellen, omd~t de en woordvoerder van deze bewe:- nationale grenzen daar niet meer ging vond het nog niet genoeg om zouden zijn clan administratieve in,patriottische" studenten te critidelingen kwaliteitdko!!ie met,historia"-ze'ilel

12 27 COMNI D'ROPA dicembre 1960 Il congresso del popolo europeo tnsegnatnen t o di Machiavelli * * * debbasi considerare come non è cosa pm difficile a trattare, né più dubia a riuscire, né più periculosa a maneggiare, che farsi capo a introdurre nuovi ordini; perché lo introduttore ha per nimici tutti quelli che degli ordini vecchi fanno bene, e ha tepidi defensori tutti quelli che degli ordini nuovi farebbono bene La quale tepidezza nasce, parte per paura degli avversari, che hanno le leggi dal canto loro, parte dalla incredulità d egli uomini, i quali non credono in verità le cose nuove, se non ne veggano nata una ferma esperienza; donde nasce che qualunque volta quelli che sono nimici hanno occasione di assaltare, lo fanno partigianamente, e quegli altri defendono tepidamente; in modo che insieme con loro si periclita ' necessario pertanto, volendo discorrere bene questa parte, esaminare se questi innovatori stanno per loro m edesimi o se d ep endano da altri: cioè, se per condurre l'opera loro bisogna che preghino, ovvero possono forzare N el primo caso capitano sempre male e non conducono cosa alcuna; ma quando dependono da loro proprii e possono forzare, allora è che rare volte periclitano In questa meditazione fredda e profonda di Machiavelli si trova la spiegazione dell'infelice storia dei dieci ultimi anni di europ eismo, e l'indicazione del metodo che conviene seguire se si vuole veramente farsi capo a introdurre quei «nuovi ordini che sono la federazione europea L'unificazione d'uropa è stata fino ad ora affidata all'iniziativa dei governi nazionali S ono essi che hanno fatto delle proposte, che hanno redatto dei trattati, li hanno firmati e li hanno fatti approvare alle maggioranze parlamentari di cui disponevano Non è stato un caso che Ristampiamo questo scritto di Altiero Spinelli del maggio 1958 (v l'indispensabile volume " l'uropa non cade dal cielo " n Mulino [Bologna, 1960], pag 259 sgg ), che chimisce molto bene l'assioma politico su cui sono a?tivati definitivamente a basarsi i federalisti europei del " nuov o c01so, (l' ala maggioritaria dell'nion uropéenne des Fédéralistes, che ha assunto posizioni intmnsigenti dopo la caduta della CD ne l 1954) D el Congresso del Popolo uropeo, promosso da questi fedemlisti, la manifestazione più vistosa sono l e "e lezioni primarie " elezioni " private, che esso va estendendo a semp1e nuove città e?opee, dopo averne scelto un p1imo nucleo iniziale (Torino, Milano, Lione, Strasburgo, Dmmstadt, Maastricht ), al fine di legittimare con un c1escente suffragio popolare esplicito l 'azione di avanguardia che va conducendo B enché tutti i federalisti, intmnsigenti e moderati, abbiano cittadinanza nel Consiglio dei Comuni d'?opa (purché il l01o autentico obiettivo sia la Federazione europea, e non l'uropa delle patrie o altre f01me di associazione di Stati nazionali somani), occorrerà sottolineare che molti sono nel CC, in Italia come in Francia, in Ge1mania e nelle altre Se zioni, i militanti del Congresso del Popolo umpeo Non possiamo a questo proposito non 1icord are l'indimenticabile figura del Sindaco di dine, Gia como Centazzo, Vicepresidente JelL' AI CC testé d e cedut-o D el 1esto pare evidente che, per far compiere all'?opa la svolta decisiva, acc an-a una forza democratica sopranazionale e autonoma delle forze politiche organizzate su scala nazionale Se queste ultime, invece di pone 1emore e rise1ve, collaboreranno con la forza sopranazionale, tanto meglio: nessuno von-à respinge? l e, tutt'altro L'uropa non sarà unificata dai governi nazionali, la cui funzione, prima dell'unità è di impedirla, e dopo l'unità sarà di frenarne uno sviluppo eccessivo, vale a dire è in ogni caso una funzione antagonista al processo dell'unifidi Altiero Spinelli cazione ssa non sarà neppure unificata dalle Oiltll=wl"'-a!'!QCOrnunità grazie alle quali i governi conservanò le loro prerogative Sarà unificata da una forza imperialistica - e i protettorati russo e abbiano preso iniziative di tal genere ssi si americano sono abbozzi di questo tipo di unifirendono conto che la politica estera, militare, cazione - oppure da una forza democratica economica e sociale non può essere condotta europea Tutto il problema è di sapere quale in modo valevole al giorno d 'oggi in uropa dei due metodi si realizzerà prima se non mediante un'azione europea, e quando Lascio qui da parte l'ipotesi dell'unificazione lo dimenticano i fatti stessi si incaricano di imperiale Non perché la creda impossibile, o ricordarglielo periodicamente Ma i governi e in se stessa abominevole Semplicemente peri partiti nazionali sono fatti per esprimere punché sono uno di quegli uropei che sono decisi ti di vista, sentimenti e volontà nazionali ' a a fare tutto quello che è umanamente possiquesto fine che govern;mo, legiferano e l evano bile per risparmiare all'uropa quest'umilia imposte Né i ministri né i parlamenti hanno zione, e che sono persuasi che l'unificazwne la tendenza a limitare i loro propri poteri L e fatta dagli uropei stessi sarà insieme meno forze politiche e sociali, che sono organizzate pericolosa e più feconda per l'umanità intera in ogni paese in vista di partecipare alla formache non l'unificazione imperiale zione delle leggi e agli atti di governo, non l o Creare una forza democratica europea, capadesiderano neppure esse, perché se sono al goce di obbligare gli stati nazionali a capitolare verno beneficiano di questo potere, e se sono e a riconoscere che l'uropa deve essere fatta all'opposizione, sanno che il gioco democratico dagli uropei stessi, non è un'impresa facile permetterà loro un giorno di beneficiarn e N e Machiavelli ci dice che si tratta di un'operazione deriva dunque che, se non sono forzati a com<< difficile a trattare, dubia a riuscire, pericuportarsi diversamente, i governi nazionali conlosa a maneggiare Ma dal momento che ci cepiscono sempre l'azione europea, di cui pur sono oggi in uropa uomini che hanno deciso sentono la necessità, come una cooperazione fra di suscitare questa forza d emocratica europea, stati sovrani Si promettono reciprocamente, vale la pena di arrestarci un momento davanti mediante trattati, di con durre una comune poli alla loro azione per intenderne il significato tica militare, estera, -~ conomica; avviluppano profondo questa promessa in fra si solenni, in commissioper riuscire a far scaturire questa forza non ni, in consigli, in assemblee multiple; ma manbasta far capire ai cittadini dei nostri paesi tengono ciascuno per il suo stato il potere che l'uropa è necessaria Oso dire che, con reale di governare e di legiferare, di decidere più o meno chiarezza, quasi tutti ormai sentoe di eseguire I cittadini continuano a essere n o eh ~ il q ~~d rc nazi nalc è ~ o!p~ssato, c~ e obbligati all'obbedienza solo vt:r:;u l e l eggi e la politica estera, militare, economica e sociale le decisioni dei loro stati Tutte le istituzioni ha dimensioni europee, che tutti gli uropei e le comunità europee esistenti non riescono sono legati a una sorte comune, che l'uropa a nascondere sotto il loro belletto di pseudoforma ormai un tutto ' impossibile oggi legesecutivi e di pseudo-parlamenti europei la loro gere un giornale, ascoltare la radio, partecivera natura di istituzioni internazionali, dipenpare a un dibattito politico in un parlamento denti per quanto riguarda la loro esistenza, o in un caffé, senza incontrare la parola uropa, dalla buona volontà degli stati che restano sovrani La CCA stessa di cui si vanta così spesso carica del doppio significato di comune sventura e di comune speranza Quello che gli ula sovranazionalità, non fa eccezione per chiunropei non capiscono ancora è che quest'uropa, que ne abbia seguito l'involuzione e sappia che il vero potere si è rapidamente spostato nel desiderabile e in un certo qual modo quotidianamente presente, non può essere l'oggetto delsuo seno dall'alta Autorità verso il Consiglio le operazioni diplomatiche dei governi naziodei ministri nazionali Ma il mantenimento di nali; che essa non è altra cosa che loro stessi: questa sovranità è precisamente l'origine dei gli uropei Non comprendono che l'uropa n on mali dell'uropa è ancora una realtà politica operante, perché n paragone semplicissimo basterà per far essi, gli uropei, hanno sì, affari comuni, recapire la natura di queste comunità Supponete sponsabilità comuni, ma non posseggono né diche a simiglianza dello stato dell'arkansas, che ritti, né doveri, né leggi, n é istitu zioni europee ha deciso di recente di non applicare una dedovrebbero costituire un popolo - il popolo eucisione della corte federale americana, uno stato ropeo - ma non lo sono Tutti i loro doveri e i europeo decida domani di obbligare i suoi citloro diritti politici sono nazionali Dalla loro intadini a pagare un dazio doganale, a mantefanzia hanno imparato che la suprema comunità n ere un cartello, a evitare la vendita del carpolitica, la sola che abbia il diritto di esigere bone a clienti di altri paesi, a ignorare una l'obbedienza, il denaro e persino la vita, la sola misura igienica dell'uratom P er spezzare il che essi abbiano il diritto di controllare d emorifiuto del governatore Faubus, la federazione craticamente, è la comunità nazionale rappreamericana dispone di una forza armata che sentata dallo stato nazionale sovrano Questo interviene a difendere i diritti dei negri Dov'è stato non esiste dall'eternità; ma gli ur opei il gendarme della Comunità europea che posi comportano come se dovesse esistere per trebbe difendere il cittadino contro una decil'eternità sione abusiva del suo stato nazionale? Il l ealismo nazionale non è più tuttavia radiil fatto è che le iniziative europee dei govercato nello spirito degli uropei Lo è stato nel ni nazionali non sono passi verso l'unificazione europea; sono, sì, risposte al problema delpassato, e ha generato allora, in bene e in l'unità dinnanzi al quale gli uropei si trovano, male, grandi cose in tutte le nazioni; ma dopo ma sono risposte abilmente negative che pertutto quel che è accaduto dal 19'14 ad oggi, il mettono agli stati nazionali e a coloro che li lealismo nazionale non ha più e non può più dirigono di evitare l'ostacolo e di conservare avere troppa consistenza L'incredulità beffarnelle loro mani i poteri che dovrebbero abbanda circa la capacità del nostro stato di contare donare qualcosa in caso di guerra, l'attesa nervosa che sando i termini di Machiavelli diremo duni Russi e gli Americani dispongano di n oi in que che gli introduttori di ordini nuovi,, una conferenza al vertice, il rifiuto crescente in dagli uomini di stato europeisti fino ai federaun campo dopo l'altro di subordinare gli intelisti raggruppati nei diversi movimenti euroressi particolari di questo o quel gruppo alpei - hanno finora << periclitato» perché << dil'interesse comune, la fuga annuale di giovani pendevano da altri '' perché dovevano pregare governi e parlamenti nazionali, cioè coscienziati dall'uropa verso l'america, l'indifloro stessi che degli ordini vecchi fanno beferenza di larghi strati della popolazione per i ne, mentre sarebbe stato necessario forzarli nostri sistemi di libertà democratiche nazio-

13 dicembre 1960 COMNI D'ROPA td o (() Q) c o _, <D "D c o ' fin troppo evidente che se l'unità federale dell'uropa diverrà un giorno una realtà, tutti v~ avranno contribuito I suoi amici e i suoi nemici, gli uomini d'azione e i contemplativi, i moderati e gli estremisti, i conservatori e i rivoluzionari, gli interessati e gli indifferenti, i realizzatori e i sognatori, la forza delle cose e la volontà umana, le fortune e le sfortune Lo storico potrà avere lo sguardo maestoso e generoso di Dio dopo la creazione Conoscendo già tutto quello che sarà accaduto, troverà che tutto sarà b en accaduto Gli ostacoli, gli avversari, le false soluzioni, le possibilità di sconfitta gli appariranno nel ruolo mefistofelico della forza che vuole sempre il male, e crea sempre il bene Ma non siamo ancora a questo ' punto L'unità dell'uropa non è una realtà ' solo una speranza e potrebbe benissimo rimanere un sogno Gli ostacoli possono non essere superati, gli avversari possono vincere la partita, le false soluzioni possono avere la meglio su quelle buone, la sconfitta può essere l'ultima parola di quest'avventura Lo storico futuro, sempre maestoso e generoso, scoprirebbe allora che l'azione e l'ideale europeo saranno stati solo una manifestazione dell'astuzia d ella ragione e che avranno in realtà solo servito a raggiungere conclusioni del tutto diverse Quando si riflette oggi sul problema dell'unità europea, non serve a niente avere l'occhij contemplatore d ello storico, perché non c'è ancora niente da contemplare; bisogna avere l'occhio pratico d ell' << introduttore di or dini nuovi Costui è tenuto a considerare gli avversari, gli ostacoli, le false soluzioni come tali, e non come elementi dialettici d ell'armonia universale ' anche t enuto a sapere che l'uropa non è soltanto un insieme di problemi: è prima di tutto un insieme di uomini, e che perciò non nascerà se non avrà messo radici nelle loro anime Ma queste radici non possono essere altro che il rifiuto del lealismo nazionale totale e la rivendicazione dei diritti del cittadino d'uropa Il Congresso del Popolo uropeo, nato da una meditazione sulle ragioni del fallimento dei movimenti europei di questi ultimi dieci anni, che si proponevano di pregare invece di forzare gli stati nazionali, è questa organizzazione di lotta Fa appello a tutti coloro che sentono la necessità di rivendicare i propri diritti di cittadini d'uropa Le sue elezioni primarie sono il mezzo che permette di suscitare questa coscienza e che le dà la possibilità di esprimersi Le sue sessioni di delegati eletti dai loro cittadini costituiscono il prime foro politico europeo La sua organizzazione di militanti, che hanno deciso di liberarsi dalle servitù d ella vita politica nazionale e di concentrarsi nella lotta per i diritti del popolo europeo è lo strumento che condurrà la battaglia politica in nome di tutti gli elettori d el Congresso La sua struttura, che rifiuta deliberatamente le divisioni nazionali, assicurerà l'unità della sua azione Suscitando un atto di accusa sempre pm veemente contro l'illegittimità delle sovranità nazionali, risvegliando la coscienza dei diritti europei in un numero sempre maggiore di cittadini, organizzando un'agitazione sempre più larga e permanente in fav ore della costituente europea, profittando d ei momenti critici che periodicamente mostreranno l'urgenza dell'unità, sfruttando la cattiva coscienza di tutti i democratici, i quali non possono rifiutare il principio che l'uropa è cosa degli uropei, e che tuttavia si adattano alla finzione che ne fa cosa degli stati nazionali e delle loro diplomazie, il Congresso del Popolo uropeo si propone di arrivare a un momento in cui gli stati o almeno alcuni di essi siano forzati a capitolare, e rinunzino a trattare essi stessl questo problema, convocando la costituente europea A questa prospettiva o, per meglio dire, alla decisione di condurre questa battaglia, si replica di solito che è troppo unilaterale, che non tiene conto della complessità dei fattori che ci conducono verso l'unità nali - tutto questo e altri sintomi ancora che si potrebbero aggiungere alla lista, sono altrettante prove che nello spirito degli uropei, lo stato nazionale e il lealismo nazionale stanno agonizzando Il primo passo da compiere per creare una forza democratica europea è dire ad alta voce quello che già tutti sentono; esprimere in parole chiare e dure quello che giace inespresso nella coscienza politica di tutti I nostri stati nazionali sovrani sono diventati la grande menzogna politica di cui l'uropa sta morendo Coloro che se ne disputano il potere sono i guardiani gelosi di questa menzogna I nostri stati usurpano ormai funzioni che credono poter esercitare nel nostro interesse, mentre non sono più in grado di farlo Lo stato nazionale sovrano è diventato un idolo incapace di renderei servizio in tutta una serie di campi essenziali della vita pubblica, ma pretende purtuttavia di monopolizzare la nostra coscienza e la nostra azione politica Contro di essi è venuto il momento di rivendicare il diritto degli uropei di costituirsi in popolo europeo, il diritto di darsi una costituzione federale attraverso una costituente direttamente eletta da loro, e di ratificarla direttamente con r eferendum in ogni nazione Si potrà parlare di uropa come realtà p olitica solo a partire dal m omento in cui il popolo europeo esisterà e si darà le sue leggi e il suo governo, riducendo gli stati nazionali alle sole funzioni di dimensioni nazionali La coscienza di non poter più essere soltanto cittadino nazionale e di dover ritirare una parte del lealismo politico dalla propria nazione e dal proprio stato nazionale per trasferirlo al popolo europeo e al suo stato federale, non può diventare una forza politica che se si traduce in un'organizzazione di lotta europea, la quale sormonti le frontiere nazionali, sia indipendente da ogni organizzazione nazionale, e il cui fine sia la conquista dei diritti politici degli europei e la creazione delle loro istituzioni fondamentali 28 di re z ion e c en tr ale roma via del co r so, 173

III. L adjectif. III. L adjectif. 1. Accord de l adjectif 1.1 L adjectif prend s 1.2 L adjectif + E 1.3 L adjectif substantivé

III. L adjectif. III. L adjectif. 1. Accord de l adjectif 1.1 L adjectif prend s 1.2 L adjectif + E 1.3 L adjectif substantivé III. 1. Accord de l adjectif 1.1 prend s 1.2 + E 1.3 substantivé 2. Les degrés de comparaison 2.1 Les comparatifs 2.2 Les superlatifs 2.3 Les irréguliers 1 III. 1. Accord de l adjectif 1.1. prend S Quand

Nadere informatie

Document préparé par Marie Spaey, en collaboration avec Pauline de Wouters. Novembre 2009.

Document préparé par Marie Spaey, en collaboration avec Pauline de Wouters. Novembre 2009. . Déclaration environnementale Document préparé par Marie Spaey, en collaboration avec Pauline de Wouters. Novembre 2009. Définition dans le cadre de Clé Verte Dans le cadre de l éco-label Clé Verte, l

Nadere informatie

Comprendre et se faire comprendre commence par s exprimer en néerlandais

Comprendre et se faire comprendre commence par s exprimer en néerlandais Comprendre et se faire comprendre commence par s exprimer en néerlandais Begrijpen en begrepen worden begint met het spreken van de Nederlandse taal La langue néerlandaise crée un lien entre nous Wat leest

Nadere informatie

Collectieve arbeidsovereenkomst van 27 juni 2011 Convention collective de travail du 27 juin 2011

Collectieve arbeidsovereenkomst van 27 juni 2011 Convention collective de travail du 27 juin 2011 Paritair Comité voor de bedienden van de nonferro metalen non ferreux Collectieve arbeidsovereenkomst van 27 juni 2011 Convention collective de travail du 27 juin 2011 Tewerkstellings- en opleidingsinitiatieven

Nadere informatie

Questions & réponses dans le cadre du cahier spécial de charge «CobiT»

Questions & réponses dans le cadre du cahier spécial de charge «CobiT» Questions & réponses dans le cadre du cahier spécial de charge «CobiT» Paragraphe Page Langue Questions Réponses 1 Généralités Français Votre intention est-elle de travailler avec un seul consultant (personne)

Nadere informatie

Employment Monitor. Voor Corelio/Jobat Door Synovate Datum: 24/5/2011

Employment Monitor. Voor Corelio/Jobat Door Synovate Datum: 24/5/2011 Employment Monitor Voor Corelio/Jobat Door Synovate Datum: 24/5/2011 Methodologie Werkgevers N=500 Telefonische interviews Interviews met HR professionals Representatieve steekproef (Graydon) op basis

Nadere informatie

Wedstrijdreglement Hug the Trooper

Wedstrijdreglement Hug the Trooper Wedstrijdreglement Hug the Trooper 1. De wedstrijd op hugthetrooper.brightfish.be wordt georganiseerd door Brightfish NV, Eeuwfeestlaan 20, 1020 Brussel. 2. De wedstrijd staat open voor alle personen die

Nadere informatie

Ruzie maken se disputer

Ruzie maken se disputer Ruzie maken se disputer Als kinderen ruzie maken Lorsque les enfants se disputent Kinderen maken ruzie. Dat gebeurt in elk gezin. Ruzie om een stuk speelgoed, een spelletje dat uit de hand loopt, een jaloerse

Nadere informatie

l'argent Donne. L'argent! pris J'ai pris mon suppositoire. Dépêche-toi! sûr - T'es sûr? Je connais quelqu'un qui peut. Merci Merci. Au revoir.

l'argent Donne. L'argent! pris J'ai pris mon suppositoire. Dépêche-toi! sûr - T'es sûr? Je connais quelqu'un qui peut. Merci Merci. Au revoir. bon anniversaire Bon anniversaire, mon petit. l'argent Donne. L'argent! le quartier Tu habites dans le quartier? le ticket T'as le ticket? pris J'ai pris mon suppositoire. Dépêche-toi! donne Donne. L'argent!

Nadere informatie

La Semaine européenne de la Démocratie locale à Bruxelles

La Semaine européenne de la Démocratie locale à Bruxelles La Semaine européenne de la Démocratie locale à Bruxelles Présentation de l édition 2013 Du 14 au 21 octobre 2013 La Semaine de la Démocratie locale Association de la Ville et des Communes de la Région

Nadere informatie

Talenquest Frans 2thv: Grammatica

Talenquest Frans 2thv: Grammatica Talenquest Frans 2thv: Grammatica Épisode 1: Onregelmatige werkwoorden Er zijn in het Frans naast regelmatige werkwoorden ook onregelmatige werkwoorden. Het is lastig om van onregelmatige werkwoorden de

Nadere informatie

Over dit boek. Richtlijnen voor gebruik

Over dit boek. Richtlijnen voor gebruik Over dit boek Dit is een digitale kopie van een boek dat al generaties lang op bibliotheekplanken heeft gestaan, maar nu zorgvuldig is gescand door Google. Dat doen we omdat we alle boeken ter wereld online

Nadere informatie

MIELE SERVICE. Tot uw dienst / A votre service

MIELE SERVICE. Tot uw dienst / A votre service MIELE SERVICE Tot uw dienst / A votre service Miele Service Certificate 2 Miele Service Certificate 10 jaar totale zekerheid Sinds meer dan 100 jaar is het merk Miele synoniem van kwaliteit, duurzaamheid,

Nadere informatie

CHAMBRE DES REPRÉSENTANTS BELGISCHE KAMER VAN

CHAMBRE DES REPRÉSENTANTS BELGISCHE KAMER VAN DOC 50 0321/002 DOC 50 0321/002 BELGISCHE KAMER VAN VOLKSVERTEGENWOORDIGERS DES REPRÉSENTANTS DE BELGIQUE 6 januari 2000 6 janvier 2000 WETSONTWERP betreffende het ontslag van bepaalde militairen en de

Nadere informatie

07-02-2012. Formation permanente: le point de vue de la zone Luxembourg Voorgezette opleiding: Het standpunt van de zone Luxemburg Cpt/Kpt J.

07-02-2012. Formation permanente: le point de vue de la zone Luxembourg Voorgezette opleiding: Het standpunt van de zone Luxemburg Cpt/Kpt J. 07-02-2012 Formation permanente: le point de vue de la zone Luxembourg Voorgezette opleiding: Het standpunt van de zone Luxemburg Cpt/Kpt J. Louis De moeilijkheden van de permanente opleiding in een grote

Nadere informatie

Hôtel Eurocatering. 26 oct. Sauna 24,75 7 173,25. 27 oct. Petit-déjeuner 14,50 15 217,50. Sous-total 3645,25 TVA 21% 765,50.

Hôtel Eurocatering. 26 oct. Sauna 24,75 7 173,25. 27 oct. Petit-déjeuner 14,50 15 217,50. Sous-total 3645,25 TVA 21% 765,50. CONTEXTE 1.3 Une erreur dans la facture 1. Lisez les nombres productief kaartjes - klassikaal Zie Fiches à découper. Aantal setjes = 1. Elke leerling krijgt een kaartje. Ze lopen rond in de klas en houden

Nadere informatie

De moderne stad. New York. Curitiba (Braz.) creëert ruimte voor de mens. Bologna. Toronto (Can.)

De moderne stad. New York. Curitiba (Braz.) creëert ruimte voor de mens. Bologna. Toronto (Can.) De stad en duurzame mobiliteit: verandering op til La ville et la mobilité durable: une transition en cours 1. Vaststellingen De moderne stad New York Curitiba (Braz.) creëert ruimte voor de mens Bologna

Nadere informatie

Voorbeelden van examenopgaven moderne vreemde talen op niveau A2

Voorbeelden van examenopgaven moderne vreemde talen op niveau A2 Voorbeelden van examenopgaven moderne vreemde talen op niveau A2 Niveau: A2 Beheersingsniveau: Kan korte, eenvoudige teksten lezen. Kan specifieke voorspelbare informatie vinden in eenvoudige, alledaagse

Nadere informatie

Hoe snel. ben jij? Serez-vous assez rapide? Spelregels. Règles du Jeu. 12+ 30 min. 3-6. 17610_Manual_5se.indd 1 21-06-12 15:02

Hoe snel. ben jij? Serez-vous assez rapide? Spelregels. Règles du Jeu. 12+ 30 min. 3-6. 17610_Manual_5se.indd 1 21-06-12 15:02 Hoe snel Serez-vous assez rapide? ben jij? 12+ 30 min. 3-6 NL Spelregels FR Règles du Jeu 17610_Manual_5se.indd 1 21-06-12 15:02 NL Spelregels Als je er de tijd voor mag nemen, dan zijn het eigenlijk makkelijke

Nadere informatie

Faire évoluer les voitures de sport, c est bien. Faire évoluer leur conducteur, c est encore mieux.

Faire évoluer les voitures de sport, c est bien. Faire évoluer leur conducteur, c est encore mieux. Porsche Belgium Driving Days 2011 Faire évoluer les voitures de sport, c est bien. Faire évoluer leur conducteur, c est encore mieux. Sportwagens die evolueren, dat is goed. Bestuurders die evolueren,

Nadere informatie

Paritair Comité voor de uitzendarbeid en de erkende ondernemingen die buurtwerken of diensten leveren

Paritair Comité voor de uitzendarbeid en de erkende ondernemingen die buurtwerken of diensten leveren Neerlegging-Dépôt: 10/1012011 Regist.-Enregistr.: 03/11/2011 N : 106668/C0/322 Paritair Comité voor de uitzendarbeid en de erkende ondernemingen die buurtwerken of diensten leveren Collectieve arbeidsovereenkomst

Nadere informatie

Installatie van versie 2.2 van Atoum

Installatie van versie 2.2 van Atoum Version française en seconde partie du document. Installatie van versie 2.2 van Atoum U moet in uw databases een nieuwe tabel aanmaken na de installatie van versie 2.2 van de toepassing Atoum. Hiervoor

Nadere informatie

Présentation de l étude

Présentation de l étude Studiedag Journée d études Overdracht en overname van KMO s Transmission et reprise de PME Overnames in de Belgische KMO context Reprises dans le contexte belge des PME De heer Karel VAN EETVELT, Gedelegeerd

Nadere informatie

Barema's op 01/09/2008 Barèmes au 01/09/2008

Barema's op 01/09/2008 Barèmes au 01/09/2008 Barema's op 01/09/2008 Barèmes au 01/09/2008 SPILINDEX 110,51 INDICE-PIVOT 110,51 Tegemoetkomingen aan personen met een handicap Allocations aux personnes handicapées (Jaarbedragen) (Montants annuels)

Nadere informatie

JARDIN OUVERT 1 : AU FIL DE L EAU

JARDIN OUVERT 1 : AU FIL DE L EAU JARDIN OUVERT 1 : AU FIL DE L EAU Il faisait beau le samedi 26 septembre pour le premier Jardin Ouvert de la saison! Cette activité organisée par les jardiniers de Molenbabbel, qui sont à l origine de

Nadere informatie

Koninklijk besluit van 8 februari 1999 tot vaststelling van de retributies bedoeld in artikel 20 van de wet van 10 april 1990 op de

Koninklijk besluit van 8 februari 1999 tot vaststelling van de retributies bedoeld in artikel 20 van de wet van 10 april 1990 op de Arrêté royal du 14 mai 1991 fixant les revances à percevoir visées à l'article 20 la loi du 10 avril 1990 sur les entreprises gardiennage, sur les entreprises sécurité et sur les services internes gardiennage

Nadere informatie

BELGISCH STAATSBLAD 28.07.2010 MONITEUR BELGE

BELGISCH STAATSBLAD 28.07.2010 MONITEUR BELGE 48001 N. 2010 2506 VLAAMSE OVERHEID [C 2010/35508] 11 JUNI 2010. Besluit van de Vlaamse Regering tot wijziging van het besluit van de Vlaamse Regering van 19 juli 2007 betreffende de modulaire structuur

Nadere informatie

Voudriez-vous me faire savoir si vous pouvez nous recevoir dans votre hôtel le 16 août dans l après-midi?

Voudriez-vous me faire savoir si vous pouvez nous recevoir dans votre hôtel le 16 août dans l après-midi? Hilversum, le 15 janvier 2012 Monsieur, J ai l intention de passer mes vacances à Nice pendant la seconde moitié du mois d août. Je ferai le voyage en auto avec ma femme et mes deux fils de 12 et de 15

Nadere informatie

Deulys presenteert nieuwe website zaterdag 26 november 2011, 03u00

Deulys presenteert nieuwe website zaterdag 26 november 2011, 03u00 Blog Damien Menu Deulys presenteert nieuwe website zaterdag 26 november 2011, 03u00 KOMEN - In Komen werd de nieuwe website van het project Deulys met als thema 'herdenking 14-18' voorgesteld. Na een

Nadere informatie

Rumble in the Dungeon

Rumble in the Dungeon Rumble in the Dungeon Un jeu de Olivier Saffre. Flatlined Games 2012, tous droits réservés Il y a trop de monstres et d'aventuriers dans ce donjon. Le trésor du roi mort est bien gardé mais les aventuriers

Nadere informatie

Wedstrijdreglement Kinepolis 02/11/2015 31/01/2016

Wedstrijdreglement Kinepolis 02/11/2015 31/01/2016 Version française ci- dessous Wedstrijdreglement Kinepolis 02/11/2015 31/01/2016 Deze online wedstrijd wordt georganiseerd door ONLY ENGINEER JOBS SPRL- BVBA, waarvan de bedrijfszetel zich situeert op

Nadere informatie

Wie zijn wij? Qui sommes-nous?

Wie zijn wij? Qui sommes-nous? Projectbrochure Brochure promoteurs 2015 Wie zijn wij? Grando Keukens is in België een vertrouwd merk. Met een landelijk netwerk van prachtige toonzalen bedienen wij de keukenmarkt. Gericht op: - Verkoop

Nadere informatie

CHAMBRE DES REPRÉSENTANTS BELGISCHE KAMER VAN. relative à l enregistrement abusif des noms de domaine

CHAMBRE DES REPRÉSENTANTS BELGISCHE KAMER VAN. relative à l enregistrement abusif des noms de domaine DOC 50 1069/002 DOC 50 1069/002 BELGISCHE KAMER VAN VOLKSVERTEGENWOORDIGERS DES REPRÉSENTANTS DE BELGIQUE 17 oktober 2002 17 octobre 2002 WETSONTWERP betreffende het wederrechtelijk registreren van domeinnamen

Nadere informatie

Par "travailleurs", on entend : le personnel ouvrier et employé, masculin et féminin.

Par travailleurs, on entend : le personnel ouvrier et employé, masculin et féminin. Sous-commission paritaire des établissemts et services d'éducation et d'hébergemt de la Communauté française, de la Région wallonne et de la Communauté germanophone Convtion collective de travail du 18

Nadere informatie

CATALOGUS / CATALOGUE

CATALOGUS / CATALOGUE CATALOGUS / CATALOGUE LA SOCIÉTÉ EUROPOCHETTE HET BEDRIJF [ NL ] Wat 10 jaar geleden aarzelend begon, groeide voor Europochette uit tot een succesverhaal. Met het uitvinden van het bestekzakje gaf Europochette

Nadere informatie

BRUSSELS HOOFDSTEDELIJK PARLEMENT PARLEMENT DE LA RÉGION DE BRUXELLES-CAPITALE VOORSTEL VAN ORDONNANTIE PROPOSITION D'ORDONNANCE

BRUSSELS HOOFDSTEDELIJK PARLEMENT PARLEMENT DE LA RÉGION DE BRUXELLES-CAPITALE VOORSTEL VAN ORDONNANTIE PROPOSITION D'ORDONNANCE A-514/1 2013/2014 A-514/1 2013/2014 BRUSSELS HOOFDSTEDELIJK PARLEMENT GEWONE ZITTING 2013-2014 18 FEBRUARI 2014 VOORSTEL VAN ORDONNANTIE tot wijziging van artikel 21, III, van het Wetboek der Successierechten

Nadere informatie

ERRATUM ERRATUM PARITAIR COMITE VOOR DE LANDBOUW COMMISSION PARITAIRE DE. CAO nr 61932 van 27.07.2001. CCT 61932 du 27.07.2001

ERRATUM ERRATUM PARITAIR COMITE VOOR DE LANDBOUW COMMISSION PARITAIRE DE. CAO nr 61932 van 27.07.2001. CCT 61932 du 27.07.2001 Ministère fédéral de l'emploi et du Travail ADMINISTRATION DES RELATIONS COLLECTIVES DU TRAVAIL Direction du Greffe Federaal Ministerie van Tewerkstelling en VAN DE Directie van de ERRATUM COMMISSION PARITAIRE

Nadere informatie

De theaterclown STAGE VAN EEN WEEK THEATRE MODERNE PARIJS

De theaterclown STAGE VAN EEN WEEK THEATRE MODERNE PARIJS De theaterclown STAGE VAN EEN WEEK THEATRE MODERNE PARIJS 1 Algemene presentatie De theaterclown is een personnage ontstaan vanuit zijn persoonlijkheid, die zijn menselijkheid ervaart en deelt al reagerend

Nadere informatie

Telebib2 Edifact Validation - Tool introduction page 2 / 15

Telebib2 Edifact Validation - Tool introduction page 2 / 15 Tool introduction Telebib2 Edifact Validation page 1 / 15 10.01.2012 Er is nu een tool beschikbaar die het mogelijk maakt een tekstbestand met inhoud op basis van de Telebib2 Edifact syntaxis the valideren.

Nadere informatie

REGLEMENT CHAMPIONNATS DE BELGIQUE C 500 REGLEMENT BELGISCHE KAMPIOENSCHAPPEN

REGLEMENT CHAMPIONNATS DE BELGIQUE C 500 REGLEMENT BELGISCHE KAMPIOENSCHAPPEN FEDERATION BELGE DE BADMINTON BELGISCHE BADMINTON FEDERATIE REGLEMENT CHAMPIONNATS DE BELGIQUE C 500 REGLEMENT BELGISCHE KAMPIOENSCHAPPEN Version 2013, approuvée par l AG du 26-06-13 Chaque amende est

Nadere informatie

En sécurité et santé au travail? Veilig en gezond op mijn werk?

En sécurité et santé au travail? Veilig en gezond op mijn werk? Korte inhoud En sécurité et santé au travail? Veilig en gezond op mijn werk? Les résultats de resultaten Odette Wlodarski An Rommel 1. Méthodologie 2. Les répondants 3. L expérience des jeunes stage 4.

Nadere informatie

FAVV -AFSCA AC- Kruidtuin - FSC Kruidtuinlaan 55 1000 Brussel / Bruxelles. Verslag van infosessie bestek FAVV_DGLABO_CPM_2016 (29/06/2015)

FAVV -AFSCA AC- Kruidtuin - FSC Kruidtuinlaan 55 1000 Brussel / Bruxelles. Verslag van infosessie bestek FAVV_DGLABO_CPM_2016 (29/06/2015) FAVV -AFSCA AC- Kruidtuin - FSC Kruidtuinlaan 55 1000 Brussel / Bruxelles Verslag van infosessie bestek FAVV_DGLABO_CPM_2016 (29/06/2015) Rapport de la session d information Cahier spécial des charges

Nadere informatie

2 2-04- 2010 ERRATUM ERRATUM. tijdelijk, hetzij na ontslag om andere. Commission paritaire de la transformation du papier et du carton n 136

2 2-04- 2010 ERRATUM ERRATUM. tijdelijk, hetzij na ontslag om andere. Commission paritaire de la transformation du papier et du carton n 136 Service public fédéral Emploi, Travail et Concertation sociale ADMINISTRATION DES RELATIONS COLLECTIVES DU TRAVAIL Direction du Greffe i vz/v Federale overheidsdienst Werkgelegenheid, Arbeid en Sociaal

Nadere informatie

13286 BELGISCH STAATSBLAD 09.03.2004 Ed. 2 MONITEUR BELGE

13286 BELGISCH STAATSBLAD 09.03.2004 Ed. 2 MONITEUR BELGE 13286 BELGISCH STAATSBLAD 09.03.2004 Ed. 2 MONITEUR BELGE PROGRAMMATORISCHE FEDERALE OVERHEIDSDIENST WETENSCHAPSBELEID N. 2004 842 [C 2004/21028] 13 FEBRUARI 2004. Ministerieel besluit tot vastlegging

Nadere informatie

TOESPRAAK VAN BIANCA DEBAETS STAATSSECRETARIS VOOR VERKEERSVEILIGHEID, GELIJKE KANSEN, DIERENWELZIJN & ONTWIKKELINGSSAMENWERKING

TOESPRAAK VAN BIANCA DEBAETS STAATSSECRETARIS VOOR VERKEERSVEILIGHEID, GELIJKE KANSEN, DIERENWELZIJN & ONTWIKKELINGSSAMENWERKING TOESPRAAK VAN BIANCA DEBAETS STAATSSECRETARIS VOOR VERKEERSVEILIGHEID, GELIJKE KANSEN, DIERENWELZIJN & ONTWIKKELINGSSAMENWERKING 18 maart 2015 Conferentie Vrouwelijk Ondernemerschap (zaal Keynes) 12 e

Nadere informatie

LE VIEILLISSEMENT: Un anti-modèle VEROUDERING: Een anti-model

LE VIEILLISSEMENT: Un anti-modèle VEROUDERING: Een anti-model VIEILLISSEMENT DE LA POPULATION ET DEVELOPPEMENT DURABLE VEROUDERING VAN DE BEVOLKING EN DUURZAME ONTWIKKELING Prof. J. DE MOL Dr en Psychologie LE VIEILLISSEMENT: Un anti-modèle VEROUDERING: Een anti-model

Nadere informatie

PARLEMENT DE LA RÉGION DE BRUXELLES-CAPITALE BRUSSELS HOOFDSTEDELIJK PARLEMENT PROPOSITION D'ORDONNANCE VOORSTEL VAN ORDONNANTIE

PARLEMENT DE LA RÉGION DE BRUXELLES-CAPITALE BRUSSELS HOOFDSTEDELIJK PARLEMENT PROPOSITION D'ORDONNANCE VOORSTEL VAN ORDONNANTIE A-187/3 2014/2015 A-187/3 2014/2015 BRUSSELS HOOFDSTEDELIJK PARLEMENT GEWONE ZITTING 2014-2015 3 JULI 2015 PARLEMENT DE LA RÉGION DE BRUXELLES-CAPITALE SESSION ORDINAIRE 2014-2015 3 JUILLET 2015 VOORSTEL

Nadere informatie

1) Capacité économique et financière : pouvez-vous confirmer le chiffre d affaires de 20.000.000,00 euros. Celui-ci parait excessif.

1) Capacité économique et financière : pouvez-vous confirmer le chiffre d affaires de 20.000.000,00 euros. Celui-ci parait excessif. Questions 1) Capacité économique et financière : pouvez-vous confirmer le chiffre d affaires de 20.000.000,00 euros. Celui-ci parait excessif. 2) Capacité technique : les références demandées doivent-elles

Nadere informatie

Voorbeelden van examenopgaven op niveau A2, B1, B2, C1

Voorbeelden van examenopgaven op niveau A2, B1, B2, C1 Voorbeelden van examenopgaven op niveau A2, B1, B2, C1 Per ERK-niveau en descriptor zijn voorbeelden opgenomen van mogelijke eindexamenopgaven. 3.1 Toelichting bij de voorbeelden Onder opgave wordt hier

Nadere informatie

IZ -OS- 2005 Bijlage 2 7-07- 2005. Annexe. Commission paritaire pour les employés des métaux non ferreux

IZ -OS- 2005 Bijlage 2 7-07- 2005. Annexe. Commission paritaire pour les employés des métaux non ferreux NEERLEGGING-DÉPÔT REGISTR.-ENREGISTR. IZ -OS- 2005 Bijlage 2 7-07- 2005 NR. Annexe Paritair Comité voor de bedienden van de nonferro metalen métaux non ferreux Collectieve arbeidsovereenkomst van 17juni

Nadere informatie

Cela vous dit-il d emboîter le pas avec la Loterie Nationale?

Cela vous dit-il d emboîter le pas avec la Loterie Nationale? Let s Move Loterie Nationale Service des Ressources Humaines Service Interne pour la Prévention et la Protection au travail Nationale Loterij Dienst Human Ressources Interne Dienst voor Preventie en Bescherming

Nadere informatie

14 Lotto Iron Coast Triathlon Middelkerke

14 Lotto Iron Coast Triathlon Middelkerke zondag 2 juli 2000 14 Lotto Iron Coast Triathlon Middelkerke (3,8 km zwemmen + 180 km fietsen + 42 km lopen) individuele deelname - Inschrijvingsbedrag = voor 2 juni = 2.400 fr, nadien 2.700 fr. - Alle

Nadere informatie

CHAMBRE DES REPRÉSENTANTS BELGISCHE KAMER VAN. modifiant la loi du 27 février 1987 relative aux allocations aux personnes handicapées

CHAMBRE DES REPRÉSENTANTS BELGISCHE KAMER VAN. modifiant la loi du 27 février 1987 relative aux allocations aux personnes handicapées DOC 51 1120/001 DOC 51 1120/001 CHAMBRE DES REPRÉSENTANTS DE BELGIQUE BELGISCHE KAMER VAN VOLKSVERTEGENWOORDIGERS 11 mai 2004 11 mei 2004 PROPOSITION DE LOI modifiant la loi du 27 février 1987 relative

Nadere informatie

STRESS ENQUETE STRESS ASSURALIA EULER HERMES 2007.

STRESS ENQUETE STRESS ASSURALIA EULER HERMES 2007. STRESS ENQUETE STRESS ASSURALIA EULER HERMES 2007. Historique 1 CPPT 17 février 2005 (réunion préparatoire CP 7 mars) Décision d inviter un spécialiste. Création d un groupe de travail 14 Juin Mr. Bodson

Nadere informatie

CONVENTION COLLECTIVE DE TRAVAIL DU 29 SEPTEMBRE 2003, CONCLUE AU

CONVENTION COLLECTIVE DE TRAVAIL DU 29 SEPTEMBRE 2003, CONCLUE AU CONVENTION COLLECTIVE DE TRAVAIL DU 29 SEPTEMBRE 2003, CONCLUE AU SEIN DE LA COMMISSION PARITAIRE DE HÔTELIÈRE. PORTANT DE LA CONVENTION COLLECTIVE DE TRAVAIL N 1 DU 25 JUIN 1997, SUR D'UNE NOUVELLE CLASSIFICATION

Nadere informatie

NAR Nationale Arbeidsraad

NAR Nationale Arbeidsraad NAR Nationale Arbeidsraad NEERLEGGING REGISTRATÎE DATUM 11-03-2009 23-03-2009 NUMMER 2009-1232 91505 KONÎNKLUK BESLUIT BELGISCH STAATSBLAD COLLECTIEVE ARBEIDSOVEREENKOMST NR. 96 Zitting van vrijdag 20

Nadere informatie

N de question Vraagnummer

N de question Vraagnummer Chambre des représentants Kamer van volksvertegenwoordigers Question Parlementaire Parlementaire Vraag Document : 54 2015201606730 Session / zitting : 20152016 (SO) 20152016 (GZ) Dépôt / Geregistreerd

Nadere informatie

1 er exemplaire pour le canton Date de réception. Dossier AFC SR-D

1 er exemplaire pour le canton Date de réception. Dossier AFC SR-D Convention entre la Suisse et les Pays-Bas (double imposition) du 12 novembre 1951/22 juin 1966 Zwitsers-Nederlands dubbele belastingverdrag van 12 november 1951/22 juni 1966 DEMANDE EN REMBOURSEMENT DE

Nadere informatie

PHILIPPE FILIP BELGISCH STAATSBLAD 02.01.2014 MONITEUR BELGE

PHILIPPE FILIP BELGISCH STAATSBLAD 02.01.2014 MONITEUR BELGE 29 Gelet op het advies nr. 54.492/1 van de Raad van State, gegeven op 17 december 2013 met toepassing van artikel 84, 1, eerste lid, 1 van de gecoördineerde wetten op de Raad van State, op 12 januari 1973;

Nadere informatie

The professional s choice!

The professional s choice! GEEF UW PROJECT KLEUR COLORIEZ VOTRE PROJET The professional s choice! Geef persoonlijkheid aan uw voegwerk Een gevel bestaat voor 15 à 20% uit voegen. Die spelen een belangrijke rol in de duurzaamheid

Nadere informatie

CHAMBRE DES REPRÉSENTANTS BELGISCHE KAMER VAN. relative à la médiation en matière de divorce. betreffende de echtscheidingsbemiddeling DE BELGIQUE

CHAMBRE DES REPRÉSENTANTS BELGISCHE KAMER VAN. relative à la médiation en matière de divorce. betreffende de echtscheidingsbemiddeling DE BELGIQUE DOC 50 0067/005 DOC 50 0067/005 BELGISCHE KAMER VAN VOLKSVERTEGENWOORDIGERS DES REPRÉSENTANTS DE BELGIQUE 18 februari 2000 18 février 2000 WETSVOORSTEL betreffende de echtscheidingsbemiddeling PROPOSITION

Nadere informatie

; : C.C.T. valable à partir du (A.R. demandé). C.P. COMMERCE ALIMENTAIRE -

; : C.C.T. valable à partir du (A.R. demandé). C.P. COMMERCE ALIMENTAIRE - : C.C.T. valable à partir du (A.R. demandé). ; : C.P. COMMERCE ALIMENTAIRE - I. Art. 1. 1. La présente convention collective de travail conclue en application des conventions collectives de travail n 5

Nadere informatie

BRUSSEL - De kritiek dat het VRT-journaal linkser' zou zijn dan het VTM-nieuws wordt door onderzoek van het Elektronisch Nieuwsarchief tegengesproken.

BRUSSEL - De kritiek dat het VRT-journaal linkser' zou zijn dan het VTM-nieuws wordt door onderzoek van het Elektronisch Nieuwsarchief tegengesproken. Nieuwsmonitor 2 in de media Oktober 2010 VRT-journaal niet linkser dan VTM-nieuws Nieuwsmonitor onderzoekt de media-aandacht voor politici en partijen Birgit Van Mol in het VTM-nieuws. BRUSSEL - De kritiek

Nadere informatie

bab.la Phrases: Personnel Meilleurs Vœux français-néerlandais

bab.la Phrases: Personnel Meilleurs Vœux français-néerlandais Meilleurs Vœux : Mariage Félicitations. Nous vous souhaitons à tous les deux tout le bonheur du monde. Van harte gefeliciteerd. Wij wensen jullie alle geluk in de wereld. Félicitations et meilleurs vœux

Nadere informatie

SERVICE PUBLIC FÉDÉRAL CHANCELLERIE DU PREMIER MINISTRE FEDERALE OVERHEIDSDIENST KANSELARIJ VAN DE EERSTE MINISTER

SERVICE PUBLIC FÉDÉRAL CHANCELLERIE DU PREMIER MINISTRE FEDERALE OVERHEIDSDIENST KANSELARIJ VAN DE EERSTE MINISTER KONINKRIJK BELGIË FEDERALE OVERHEIDSDIENST KANSELARIJ VAN DE EERSTE MINISTER ROYAUME DE BELGIQUE SERVICE PUBLIC FÉDÉRAL CHANCELLERIE DU PREMIER MINISTRE Koninklijk besluit houdende regeling van de overdracht

Nadere informatie

Mefa brievenbussen. Puur design. Mefa boîtes aux lettres. Design à l état pur.

Mefa brievenbussen. Puur design. Mefa boîtes aux lettres. Design à l état pur. Mefa brievenbussen. Puur design. Mefa boîtes aux lettres. Design à l état pur. Mefa brievenbussen. Puur design. Mefa brievenbussen blinken niet alleen uit door hun stijlvol design. Ze zijn ook functioneel,

Nadere informatie

Meeting ACW MOC Brussel dinsdag 17 februari 2012

Meeting ACW MOC Brussel dinsdag 17 februari 2012 Meeting ACW MOC Brussel dinsdag 17 februari 2012 Tussenkomst over de begrotingsmaatregelen van de regering Di Rupo mbt de arbeidsmarkt en de pensioenen Beste vrienden en vriendinnen, Ik heb in mijn nieuwjaarsartikel

Nadere informatie

geen voorzetsel in het NL iemand antwoorden répondre à qn ( = quelqu'un = iemand )

geen voorzetsel in het NL iemand antwoorden répondre à qn ( = quelqu'un = iemand ) Voorzetsels zijn altijd lastig in een vreemde taal. Wanneer vertaal je op met sur, wanneer met de, wanneer met à? Je moet het maar net weten. Of hier opzoeken natuurlijk :-) voorzetsels prépositions geen

Nadere informatie

Belgische Kamer van volksvertegenwoordigers. Chambre des représentants de Belgique -42/1-1999 (S.E.) -42/1-1999 (B.Z.) WETSVOORSTEL PROPOSITION DE LOI

Belgische Kamer van volksvertegenwoordigers. Chambre des représentants de Belgique -42/1-1999 (S.E.) -42/1-1999 (B.Z.) WETSVOORSTEL PROPOSITION DE LOI -42/1-1999 (B.Z.) Belgische Kamer van volksvertegenwoordigers -42/1-1999 (S.E.) Chambre des représentants de Belgique BUITENGEWONE ZITTING 1999 (*) 10 AUGUSTUS 1999 SESSION EXTRAORDINAIRE 1999 (*) 10 AOÛT

Nadere informatie

- 1173 / 1-96 / 97. Chambre des Représentants de Belgique. Belgische Kamer van Volksvertegenwoordigers WETSONTWERP

- 1173 / 1-96 / 97. Chambre des Représentants de Belgique. Belgische Kamer van Volksvertegenwoordigers WETSONTWERP - 1173 / 1-96 / 97 Chambre des Représentants de Belgique - 1173 / 1-96 / 97 Belgische Kamer van Volksvertegenwoordigers SESSION ORDINAIRE 1996-1997 (~) 9 SEPTEMBRE 1997 GEWONE ZITTING 1996-1997 (~) 9 SEPTEMBER

Nadere informatie

TRACTATENBLAD VAN HET KONINKRIJK DER NEDERLANDEN. JAARGANG 1953 No. 14 Overgelegd aan de Staten-Generaal door de Minister van Buitenlandse Zaken

TRACTATENBLAD VAN HET KONINKRIJK DER NEDERLANDEN. JAARGANG 1953 No. 14 Overgelegd aan de Staten-Generaal door de Minister van Buitenlandse Zaken 1 (1953) No. 1 TRACTATENBLAD VAN HET KONINKRIJK DER NEDERLANDEN JAARGANG 1953 No. 14 Overgelegd aan de Staten-Generaal door de Minister van Buitenlandse Zaken A. TITEL Aanvullend Protocol bij de op 21

Nadere informatie

BELGISCHE KAMER VAN CHAMBRE DES REPRÉSENTANTS

BELGISCHE KAMER VAN CHAMBRE DES REPRÉSENTANTS DOC 54 0955/001 DOC 54 0955/001 BELGISCHE KAMER VAN VOLKSVERTEGENWOORDIGERS CHAMBRE DES REPRÉSENTANTS DE BELGIQUE 12 maart 2015 12 mars 2015 WETSVOORSTEL tot wijziging van het koninklijk besluit van 23

Nadere informatie

0 ^t -05-200*1 D1-07- 2004 NR. Paritair Comité voor de bewakingsdiensten. Commission paritaire pour les services de garde

0 ^t -05-200*1 D1-07- 2004 NR. Paritair Comité voor de bewakingsdiensten. Commission paritaire pour les services de garde Commission paritaire pour les services de garde Paritair Comité voor de bewakingsdiensten Convention collective de travail du 25 mars 2004 Collectieve arbeidsovereenkomst van 25maart2004 PROCEDURE VALIDATION

Nadere informatie

www.gallon.be lineaire actuatoren vérins linéaires

www.gallon.be lineaire actuatoren vérins linéaires lineaire actuatoren vérins linéaires afmetingen dimensions.4 SHG-5-A -> SHG-100-A.5 SHG-5-A -> SHG-500-A.6 SHG-5-B -> SHG-100-B.7 SHG-0-B -> SHG-500-B.8 afmetingen van de accessoires dimensions des accessoires

Nadere informatie

MARCHE À SUIVRE Cohésion et cohérence d un texte (EE) Concours MediaReporter

MARCHE À SUIVRE Cohésion et cohérence d un texte (EE) Concours MediaReporter MARCHE À SUIVRE Cohésion et cohérence d un texte (EE) Concours MediaReporter 1. Présentation du concours 1. Présenter le concours et donner les consignes aux élèves. 2. Chaque élève choisit un personnage.

Nadere informatie

MONITEUR BELGE 30.12.2013 BELGISCH STAATSBLAD

MONITEUR BELGE 30.12.2013 BELGISCH STAATSBLAD MONITEUR BELGE 30.12.2013 BELGISCH STAATSBLAD 103249 SERVICE PUBLIC FEDERAL SECURITE SOCIALE [C 2013/22606] 21 DECEMBRE 2013. Arrêté royal modifiant l arrêté royal du 18 mars 1971 instituant un régime

Nadere informatie

CONSEIL DE LA REGION DE BRUXELLES-CAPITALE BRUSSELSE HOOFDSTEDELIJKE RAAD ONTWERP VAN ORDONNANTIE PROJET D'ORDONNANCE

CONSEIL DE LA REGION DE BRUXELLES-CAPITALE BRUSSELSE HOOFDSTEDELIJKE RAAD ONTWERP VAN ORDONNANTIE PROJET D'ORDONNANCE A-147/1-96/97 A-147/1-96/97 BRUSSELSE HOOFDSTEDELIJKE RAAD CONSEIL DE LA REGION DE BRUXELLES-CAPITALE GEWONE ZITTING 1996-1997 2 DECEMBER 1996 SESSION ORDINAIRE 1996-1997 2 DECEMBRE 1996 ONTWERP VAN ORDONNANTIE

Nadere informatie

Mijn opleidingscv in de metaal- en technologische sector- Handleiding

Mijn opleidingscv in de metaal- en technologische sector- Handleiding Mijn opleidingscv in de metaal- en technologische sector- Handleiding 1. Doel en oorsprong. Het sectoraal akkoord 2007-2008 voor de metaal- en technologische sector (PC 209) voorziet dat elke onderneming

Nadere informatie

INFORMATIONS COMPLEMENTAIRES

INFORMATIONS COMPLEMENTAIRES INFORMATIONS COMPLEMENTAIRES Welke strategie zal hier in de dashboard vertaald worden (wat is de scope van de dashboard?): a. De doelstellingen van de beheersovereenkomst b. De doelstellingen van het ondernemingsplan

Nadere informatie

FEDERATION GENERALE DU TRAVAIL DE BELGIQUE

FEDERATION GENERALE DU TRAVAIL DE BELGIQUE r i 83/00 A 23/55 P/MDV/NT Trad MW P ur Bruxelles, le 27 juillet 1983. FEDERATION GENERALE DU TRAVAIL DE BELGIQUE NOTE AUX MEMBRES DU BUREAU. OBJET : ASSURANCE!'SOINS DE SANTE" 1983.- ECONOMIES. 1. RAPPEL.

Nadere informatie

Febeliec Energy Forum 2015. ivox Januari 2015

Febeliec Energy Forum 2015. ivox Januari 2015 Febeliec Energy Forum 2015 ivox Januari 2015 1 o Online: survey uitgevoerd op het ivox panel Opzet van het onderzoek o Dataverzameling: 23 december 2014 5 januari 2015 o Doelgroep: Belgen 18+ o Steekproef:

Nadere informatie

10:40-13 août 2010 Une partie de plafond d'un bâtiment de l'ue s'est effondrée sans faire de blessé

10:40-13 août 2010 Une partie de plafond d'un bâtiment de l'ue s'est effondrée sans faire de blessé http://www.lecho.be/actualite/economie_-_politique_belgique/une_partie_de_plafond_dun_batiment_de_l-ue_s-est_effondree_sans_faire_de_blesse.8949447-3158.art?ckc=1 10:40-13 août 2010 Une partie de plafond

Nadere informatie

MONITEUR BELGE 23.12.2011 Ed. 2 BELGISCH STAATSBLAD. Par le Roi : Le Secrétaire d Etat au Budget, M. WATHELET

MONITEUR BELGE 23.12.2011 Ed. 2 BELGISCH STAATSBLAD. Par le Roi : Le Secrétaire d Etat au Budget, M. WATHELET MONITEUR BELGE 23.12.2011 Ed. 2 BELGISCH STAATSBLAD 80387 Sur la proposition de Notre Secrétaire d Etat au Budget, Nous avons arrêté et arrêtons : Article 1 er. Un crédit d engagement et de liquidation

Nadere informatie

Caractéristiques de la voiture / Eigenschappen van de wagen :

Caractéristiques de la voiture / Eigenschappen van de wagen : BGDC 2016 7 courses / 7 wedstrijden 6 courses au choix / 6 wedstrijden naar keuze INSCRIPTION / INSCHRIJFDOCUMENT Cochez vos choix / Maak uw keuze : Francorchamps 2J/D 02 &03/04 103Db 1*125 ou/of 100+45

Nadere informatie

basiszinnen spreekvaardigheid

basiszinnen spreekvaardigheid basiszinnen spreekvaardigheid Formele en informele spreektaal In dit hoofdstuk krijg je allerlei uitdrukkingen die je in veel voorkomende gesprekssituaties kunt gebruiken. Er zijn, net zoals in het Nederlands,

Nadere informatie

ENQUÊTE 2015 LES CONNAISSANCES EN GESTION DES ENTREPRENEURS DE KENNIS VAN DE ONDERNEMERS INZAKE BEDRIJFSBEHEER

ENQUÊTE 2015 LES CONNAISSANCES EN GESTION DES ENTREPRENEURS DE KENNIS VAN DE ONDERNEMERS INZAKE BEDRIJFSBEHEER 1 ENQUÊTE 2015 LES CONNAISSANCES EN GESTION DES ENTREPRENEURS DE KENNIS VAN DE ONDERNEMERS INZAKE BEDRIJFSBEHEER 1. Connaissances en gestion : Dans le cadre d une enquête menée en 2013, nous vous posions

Nadere informatie

OKB Opleiding PAR Formation

OKB Opleiding PAR Formation OKB Opleiding PAR Formation Visie en aanpassingen Vision et adaptations Agenda Ordre du jour Inleiding Introduction Doelstelling Objectif Probleem Énoncé du problème Oplossing Solution - Strategische keuzes

Nadere informatie

BELGISCHE REDDINGS FEDERATIE FÉDÉRATION BELGE DE SAUVETAGE AQUATIQUE

BELGISCHE REDDINGS FEDERATIE FÉDÉRATION BELGE DE SAUVETAGE AQUATIQUE BELGISCHE REDDINGS FEDERATIE FÉDÉRATION BELGE DE SAUVETAGE AQUATIQUE Toetredingsprocedure Nationale Eliten Kern Versie 2015-01 Afkortingen ILS: International Life Saving Federation ILSE: International

Nadere informatie

Avant de remplir la présente formule lire la notice explicative à la dernière page. ... ( dénomination en capitales ) ( naam in blokletters )

Avant de remplir la présente formule lire la notice explicative à la dernière page. ... ( dénomination en capitales ) ( naam in blokletters ) Réduction l impôt néerlandais sur les divins en vertu l article 10, paragraphe 2, litt. b, la Convention Verminring van Nerlandse divindbelasting op grond van artikel 10, 2e lid, letter b, van 1er exemplaire

Nadere informatie

CHAMBRE DES REPRÉSENTANTS BELGISCHE KAMER VAN

CHAMBRE DES REPRÉSENTANTS BELGISCHE KAMER VAN DOC 50 1338/006 DOC 50 1338/006 BELGISCHE KAMER VAN VOLKSVERTEGENWOORDIGERS DES REPRÉSENTANTS DE BELGIQUE 21 november 2001 21 novembre 2001 WETSONTWERP tot wijziging van het koninklijk besluit van 18 november

Nadere informatie

BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE NATIONALE BANK VAN BELGIE

BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE NATIONALE BANK VAN BELGIE BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE NATIONALE BANK VAN BELGIE Annexe 7 au procès-verbal de l'assemblée générale ordinaire du 29 mai 2012 Notice explicative relative à la procédure de vote électronique Bijlage

Nadere informatie

BELGISCH STAATSBLAD 08.01.2010 Ed. 2 MONITEUR BELGE

BELGISCH STAATSBLAD 08.01.2010 Ed. 2 MONITEUR BELGE BELGISCH STAATSBLAD 08.01.2010 Ed. 2 MONITEUR BELGE 731 MINISTERIE VAN HET BRUSSELS HOOFDSTEDELIJK GEWEST N. 2010 45 [C 2010/31002] 17 DECEMBER 2009. Besluit van de Brusselse Hoofdstedelijke Regering tot

Nadere informatie

Xpertize.be, de eerste Belgische rekruteringssite met petersysteem, breidt zijn activiteiten uit op de iphone.

Xpertize.be, de eerste Belgische rekruteringssite met petersysteem, breidt zijn activiteiten uit op de iphone. Persbericht Brussel, 22 april 2010 Xpertize.be, de eerste Belgische rekruteringssite met petersysteem, breidt zijn activiteiten uit op de iphone. Xpertize ontwikkelde met behulp van de onderneming AppSolution

Nadere informatie

ABSO BVOS Ploegencommissie Verslag van de vergadering van 26 april 2010 te Oudergem

ABSO BVOS Ploegencommissie Verslag van de vergadering van 26 april 2010 te Oudergem ABSO BVOS Ploegencommissie Verslag van de vergadering van 26 april 2010 te Oudergem Aanwezig: Stefan Thiels (trainer juniors VVO) Jean-Noël Debehogne (trainer seniors FRSO) Jacques Hofmans Bart Van de

Nadere informatie

Siemens SITRAIN Institute Mode d emploi Website

Siemens SITRAIN Institute Mode d emploi Website Siemens SITRAIN Institute Mode d emploi Website Edition 01 Réservation d un cours au Siemens SITRAIN Institute 1.1 Commencer sur le site web A partir de la page de démarrage https://www.sitrain-learning.siemens.com/bel-pl/en/index.do

Nadere informatie

GOUVERNEMENTS DE COMMUNAUTE ET DE REGION GEMEENSCHAPS- EN GEWESTREGERINGEN GEMEINSCHAFTS- UND REGIONALREGIERUNGEN

GOUVERNEMENTS DE COMMUNAUTE ET DE REGION GEMEENSCHAPS- EN GEWESTREGERINGEN GEMEINSCHAFTS- UND REGIONALREGIERUNGEN 51132 MONITEUR BELGE 12.08.2015 BELGISCH STAATSBLAD GOUVERNEMENTS DE COMMUNAUTE ET DE REGION GEMEENSCHAPS- EN GEWESTREGERINGEN GEMEINSCHAFTS- UND REGIONALREGIERUNGEN VLAAMSE GEMEENSCHAP COMMUNAUTE FLAMANDE

Nadere informatie

Paritair Comité voor de audiovisuele sector - Collectieve arbeidsovereenkomst van 15 december 2006 met betrekking tôt de eindejaarspremie.

Paritair Comité voor de audiovisuele sector - Collectieve arbeidsovereenkomst van 15 december 2006 met betrekking tôt de eindejaarspremie. Paritair Comité voor de audiovisuele sector - Collectieve arbeidsovereenkomst van 15 december 2006 met betrekking tôt de eindejaarspremie. Artikel 1. Toepassingsgebied Deze collectieve arbeidsovereenkomst

Nadere informatie

ROERENDE VOORHEFFING. geïnd bij wijze van afhouding op zekere inkomsten van roerende kapitalen. ATTEST

ROERENDE VOORHEFFING. geïnd bij wijze van afhouding op zekere inkomsten van roerende kapitalen. ATTEST Enclosure 1-NL ROERENDE VOORHEFFING geïnd bij wijze van afhouding op zekere inkomsten van roerende kapitalen. ATTEST opgesteld overeenkomstig artikel 117, 6, K.B. tot uitvoering van het W.I.B. 1992 en

Nadere informatie

BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE NATIONALE BANK VAN BELGIE

BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE NATIONALE BANK VAN BELGIE BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE NATIONALE BANK VAN BELGIE Annexe 8 au procès-verbal de l'assemblée générale ordinaire du 18 mai 2015 Notice explicative relative à la procédure de vote électronique Bijlage

Nadere informatie

Vandaag in organisaties Aujourd'hui dans les organisations

Vandaag in organisaties Aujourd'hui dans les organisations Vandaag in organisaties Aujourd'hui dans les organisations STRESS BURN OUTS PESTERIJEN HARCÈLEMENT CONFLICTEN CONFLITS stress DOOR / PAR sociaal - economische veranderingen changements socio-economiques

Nadere informatie